La représentation des Français établis hors de France

par Olivia Richard

Projet de thèse en Droit public

Sous la direction de Jean-Philippe Derosier.

Thèses en préparation à Lille , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2019 .


  • Résumé

    On estime à plus de deux millions et demi le nombre de Français résidant hors de France. C’est une diaspora relativement peu nombreuse, qui bénéficie du deuxième réseau diplomatique et consulaire au monde. Elle est méconnue et mal aimée : depuis la Révolution française, ceux qui partent sont considérés comme abandonnant le pays, ses valeurs. Aujourd’hui, le soupçon d’exil fiscal pèse sur les Français de l’étranger. Pourtant, depuis l’instauration du code civil, la nationalité ne se perd plus avec l’abandon de la résidence et se transmet comme un patrimoine, même hors de nos frontières. La possibilité de participer à la vie politique du pays, en votant par procuration, leur est acquise depuis 1919. La représentation de ces citoyens sans territoire, tant au niveau parlementaire que local, est en construction depuis le milieu du XXe siècle. Néanmoins, c’est un édifice fragile, en quête de légitimité, constamment remis en cause. La thèse propose d’étudier la légitimité et la pertinence de la représentation, locale et parlementaire des Français qui résident hors du territoire national.

  • Titre traduit

    Representing french people abroad


  • Résumé

    It is estimated that there are more than two and a half million French people living outside France. It is a relatively small diaspora, which benefits from the second largest diplomatic and consular network in the world. It is little known and unloved: since the French Revolution, those who leave are considered as abandoning the country, its values. Today, the suspicion of tax exile weighs on the French abroad. However, since the introduction of the Civil Code, nationality is no longer lost with the abandonment of residence and is transmitted as a heritage, even outside our borders. They have been able to participate in the political life of the country by voting by proxy since 1919. The representation of these landless citizens, both at parliamentary and local level, has been under construction since the middle of the 20th century. Nevertheless, it is a fragile building, in search of legitimacy, constantly challenged. The thesis proposes to study the legitimacy and relevance of the local and parliamentary representation of French people residing outside the national territory.