La mobilité cyclable dans les banlieues et couronnes périurbaines des grandes aires urbaines françaises : une approche multi-scalaire

par Leo Taillandier

Projet de thèse en Geographie

Sous la direction de Anne Bretagnolle.

Thèses en préparation à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris) , en partenariat avec Géographie-cités (Paris) (equipe de recherche) depuis le 16-11-2019 .


  • Résumé

    Le développement du vélo comme mode de déplacement à des fins utilitaires suscite depuis quelques années un intérêt croissant de la part des pouvoirs publics français. Mais l’usage de ce mode de transport se développe de façon inégale entre les aires urbaines entre elles, entre leurs centres et leurs périphéries et entre les communes et les populations des banlieues et des couronnes périurbaines. Ce projet de recherche vise à expliquer l’hétérogénéité de la pratique du vélo dans les grandes aires urbaines françaises, à la fois aujourd’hui mais aussi dans les évolutions récentes. Pour cela, nous envisageons de caractériser la mobilité cyclable dans les très grandes aires urbaines françaises, en particulier dans les couronnes périurbaines et les banlieues, en mettant en valeur les facteurs explicatifs motivant ou freinant l’usage du vélo. Pour comprendre l’hétérogénéité des taux d’usage du vélo, nous travaillerons sur la diversité des combinaisons possibles de facteurs explicatifs. Cette diversité repose sur l’idée que ces facteurs sont différents ou se combinent diversement selon les niveaux d’observation. Nous distinguons plus spécifiquement des facteurs associés aux politiques cyclables différenciées des collectivités territoriales, ceux liés au contexte spatial des espaces en question (morphostructure des réseaux routiers, degré de déconcentration des pôles d’emplois et des services du centre des aires urbaines vers leur périphérie…) et ceux observables à l’échelle des individus (caractéristiques socio-démographiques, représentations plus ou moins favorables à l’usage du vélo…). Notre méthodologie reposera sur une comparaison de l’évolution des parts modales du vélo avec les politiques cyclables des aires urbaines ainsi que sur un modèle statistique multi-varié pour comprendre comment se combinent les effets des différents facteurs explicatifs à deux niveaux (individus et secteurs de tirage des EMD), à partir notamment des Enquêtes Ménage Déplacement.


  • Pas de résumé disponible.