Le (non) traitement des déchets urbains à Kinshasa : entre mobilisations locales, usages politiques et politiques internationales

par Joël MUNONGO YULA

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Anne-Cécile Douillet.

Thèses en préparation à Lille 2 en cotutelle avec l'Université de Kinshasa , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2019 .


  • Résumé

    Kinshasa, surnommée ''Kin-La belle'' dans les annéés 1960 se voit rebaptisée ''Kin-La poubelle''dans les années 1990-2000. Les déchets, ordures ménagères et autres rebuts sont en effet devenus très visible dans l'environnement urbain de la capitale de la république démocratique du Congo, ce qui pose d'importants problèmes sanitaires et urbanistiques, tout en renforçant les inégalités urbaines. Ce projet de thèse vise à comprendre les ressorts de la (non) prise en charge de ces déchets en interrogeant différents niveaux d'action publique, de l'union européenne (qui intervient via le fond européen de développement) en passant par l'Etat congolais et les associations de la société civile. Par-delà la compréhension des intérêts sociaux et des logiques d'action qui expliquent l'action publique dans le domaine, l'un des enjeux du projet est d'interroger les effets d'une apparente défaillance de l'Etat sur la construction de la légitimité politique.

  • Titre traduit

    The (non) treatment of urban waste in Kinshasa: between local mobilizations, political uses and international politics


  • Résumé

    Kinshasa, nicknamed "Kin-La belle" in the 1960s, was renamed "Kin-La poubinelle" in the years 1990-2000. Waste, garbage and other refuse have indeed become very visible in the urban environment of the capital of the Democratic Republic of Congo, which poses significant health and urban problems, while reinforcing urban inequalities. This thesis aims to understand the sources of the (non) management of this waste by questioning different levels of public action, from the European Union (which intervenes via the European Development Fund) through the State Congolese and civil society associations. Beyond the understanding of social interests and the logic of action that explains public action in the field, one of the challenges of the project is to question the effects of an apparent failure of the state on the construction of political legitimacy.