Les rôles tubulaires et macrophagiques de la périostine dans les maladies rénales aigues

par Raphael Kormann

Thèse de doctorat en Physiologie, physiopathologie et thérapeutique

Sous la direction de Christos Chatziantoniou.


  • Résumé

    La nécrose tubulaire aigue ischémique est la cause la plus fréquente de maladie rénale aigue. Le risque à long terme est l'insuffisance rénale chronique. La découverte des mécanismes influençant la capacité de réparation sont essentiels pour développer un traitement. La périostine est une protéine de la matrice extracellulaire, associée aux mécanismes de fibrose dans les modèles de néphropathies kystiques, glomérulaires, tubulaires ou vasculaires. A l'opposé de ces rôles, l'objectif de cette thèse était de déterminer si la périostine pouvait être un acteur de la réparation rénale dans la maladie rénale aigue. Dans le modèle d'ischémie reperfusion, nous avons démontré que la périostine est produite DE NOVO par les tubules rénaux agressés pour jouer un rôle autocrine sur le tubule et paracrine sur le macrophage pour protéger le parenchyme. La périostine interagit avec l'intégrine ?1 tubulaire pour activer la voie PI3K/AKT, réduire l'expression de p53 et Bax et l'apoptose tubulaire, et diminuer p21 et l'arrêt du cycle cellulaire. Elle favorise l'infiltrat inflammatoire macrophagique, via les monocytes, et/ou la prolifération locale. Elle entraîne un phénotype pro-réparateur ou anti-inflammatoire des macrophages selon qu'elle soit sécrétée après ou présente avant l'ischémie. La fibrose rénale est diminuée par la périostine. Dans le modèle de néphropathie à la cisplatine, la périostine limite l'apoptose tubulaire, via des mécanismes similaires. Nos résultats suggèrent aussi que la périostine active le catabolisme lipidique dans ces deux modèles de néphropathie aigue. Au total, la périostine protège le parenchyme dans la maladie rénale aigue par plusieurs mécanismes d

  • Titre traduit

    Tubular and macrophage roles of periostin in acute kidney diseases


  • Résumé

    Abcd