Les femmes en Champagne pendant l'âge du Fer et la notion de genre en archéologie funéraire (dernier tiers du VIe - IIIe siècle av. J.-C.)

par Chloe Belard

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Stéphane Verger.

Thèses en préparation à Paris, EPHE , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) depuis le 01-10-2008 .


  • Résumé

    La finalité de ce travail est de proposer une nouvelle méthode d'études des ensembles sépulcraux fondée sur la notion de genre. Cette notion induit tout d'abord la reconsidération des catégories d'analyse archéologiques des tombes "féminines" et "masculines". L'utilisation de ces catégories n'est en effet pas justifiée à partir des données matérielles funéraires champenoises, puisque tous les défunts ne sont pas pris en compte par cette attribution. Preuve en est la part importante d'individus dits "indéterminés" dans les nécropoles. Aussi, la notion de genre permet de mettre en évidence le caractère multiple de l'identité sociale des défunts matérialisée dans les sépultures et les ensembles mobiliers. La représentation funéraire d'un défunt est réalisée en fonction de la reconnaissance collective, par les membres de son groupe, de sa catégorie de genre en même temps que de son âge et de sa classe sociale. L'impact de ces différentes variables sur les pratiques funéraires doit ainsi être recherché. Et la catégorie hiérarchique funéraire des défunts, déterminée de manière globale grâce au nouvel outil de représentation graphique semi-logarithmique, constitue en fait une variable fondamentale dans la formation des ensembles mobiliers et en particulier des assemblages d'éléments de parure. Développer une méthode d'analyse s'intéressant à la hiérarchisation interne des ensembles sépulcraux des nécropoles permet de prendre en compte tous les individus d'une même population funéraire et donc forcément les femmes, qu'elles aient été inhumées sans objet ou bien encore dans des tombes à char.

  • Titre traduit

    Women in Champagne during the Iron Age and the notion of gender applied to mortuary contexts (last third of the 6th - 3rd century BC)


  • Résumé

    This study intends to develop a new method based on the notion of gender for the analysis of mortuary sets. First, the notion leads to reconsider archaeological categories of "feminine" or "masculine" graves.Indeed, the use of these categories is not justified from the funeral material data of Champagne area, owing to the fact that whole deceased people cannot be linked to these two appointments, the evidence being the significant amount of "non-determinate" deceased people. The notion of gender also allows to highlight diversified characteristics of the social identity of deceaseds realized into graves and sets of objects. Funeral representation of a deceased is realized according to his/her comunity's recognition as gendered, aged and social classed individual. Therefore, the impact of these different factors on the mortuary practices must be looked for. The establishment of a new graphic tool, "la représentation graphique semi-logarithmique", allowed to enhance the significance of the funeral hierarchical levels in objects dans jewels sets. In fact, all deceased people can be considered through the development of a method of analysis taking an interest in hierarchical funeral organisation. All women can be even taken into account, whether they were buried without any objects, with jewels sets or in a wagon grave.