La mission de justice du roi de Louis VI à Philippe II Auguste : « Oriatur in diebus vestris justitia et abundantia pacis »

par Guillaume Bergerot

Projet de thèse en Histoire du droit et des institutions

Sous la direction de François Saint-Bonnet.

Thèses en préparation à Paris 2 , dans le cadre de École doctorale histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (Paris) depuis le 06-02-2009 .


  • Résumé

    La justice, office immuable de la royauté, permit aux rois du XIIe siècle de recouvrer progressivement leur autorité à l’échelle du regnum. Louis VI, et surtout Louis VII dont le règne mérite d’être réhabilité, y travaillèrent avec pragmatisme, l’exerçant comme une mission autonome reçue lors du sacre en vue de la paix. Ils préparèrent ainsi l’éclat du règne de Philippe Auguste. En 1223, la justice royale manifeste incontestablement la supériorité du roi sur ses sujets : sa majesté. La justice du roi ne se résume pas à son office judiciaire. Elle imposait au roi de conserver à chacun son droit avant même l’émergence des conflits. La juridiction gracieuse permit aux Capétiens d’étendre leur autorité protectrice par l’octroi de chartes de confirmation, de diplômes de sauvegarde et de garanties apportées aux actes juridiques réalisés par leurs sujets. Les Capétiens s’attachèrent à protéger les plus démunis et à soulager leur détresse matérielle, mettant en œuvre une forme de justice sociale. La procédure permit d’attraire dans les juridictions royales les justiciables, confiants dans l’équité des décisions de justice. Les modes alternatifs de règlement des conflits permettaient au roi de rétablir la concorde. Ses jugements étaient tempérés par la miséricorde et la clémence, marques de son autorité. Pour autant, le roi prononçait les peines les plus rigoureuses, selon le principe de la rétribution. La justice était attendue du roi : ses sujets la désiraient ainsi que le révèlent les lettres de plaintes. En répondant à ces requêtes, les Capétiens exercèrent leur devoir, manifestèrent leur légitimité à gouverner et préparèrent le renouveau de la souveraineté royale.

  • Titre traduit

    The royal mission of justice from Louis VI’s reign to Philipp II August. : « Oriatur in diebus vestris justitia et abundantia pacis ».


  • Résumé

    Justice, the unchanging duty of the royalship, gave to the Kings of the XII century, the ability to progressively regain their authority throughout the regnum.Louis VI, but more importantly Louis VII whose the reign should be rehabilitated, worked on it pragmatically, dealing with it like a sacred mission received during the coronation ceremony and exercised in their own way for peace. Throughout their reigns, they contributed to the splendor of the following reign of Philippe August.In 1223, royal justice was expressed clearly through the supremacy of the king over his people: his majesty. Royal justice meant more the king’s judicial function. The king had to protect right before the conflicts.The Capetians free jurisdiction extended their leadership over the kingdom, giving charters of confirmation, charters for protecting people and their juridicial acts. The Capetians were zealous in taking care of the weak, in trying hard to alleviate their plight and working for the establishment of social justice. The judicial proceedings in royal court were efficient and made the royal justice very attractive : people believed in the equity of the royal judge’s decisions.The alternative dispute resolution allowed them to restore the concord. The royal judgements showed mercy and clemency -signs of the king’s authority. However it happened he gave severe punishments based on retribution. The subjects claimed for the royal justice royal. Being concerned by their requests, the Capetians honored their royal duty and proved their ability and efficiency for governing. They infused a new political breathe which would make the royal sovereignty great again soon.