Ould Aberrahmane Abdelkader « Kaki » ou l’expérience d’un théâtre populaire en Algérie

par Laïd Bellatreche

Thèse de doctorat en Études arabes et islamiques

Sous la direction de Luc-Willy Deheuvels et de Mourad Yelles.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-11-2008 .


  • Résumé

    Vocation présente et plume féconde, kaki ( 1934-1995) écrivit plus d'une centaine d'œuvres théâtrales. c'est au profond du patrimoine culturel national et au cœur du peuple qu'il cultiva son théâtre. son art s'articule à travers trois sphères à la fois différentes et conjointes: la famille, la souiga, tribune de l'oralité puis l'école et le ciné-lux, emblématique cinéma du quartier populaire de tigditt.l'encrage dans la tradition culturelle populaire et l'inspiration du meddah, font du théâtre de kaki ce qui s'appellera désormais le théâtre de la halqa.au-delà d'une simple configuration géométrique n'étant point l'enjeu, ce théâtre de distingue par son langage populaire, l'allure et le geste du meddah, des thèmes inspirés de contes populaires. au-delà d'un simple de souci de distraction, ce théâtre s'implique dans des questions d'actualité et de mémoire.l'attachement à la tradition culturelle, sans cesse rappelée par kaki, n'est pas synonyme de l'enferment ruineux et de l'autarcie étouffante. kaki, n'est-il pas un des rares auteurs à voir scruté l'ensemble des théories théâtrales. des recherches soldées par des applications multiples à l'image de la réécriture d'un ensemble de pièces théâtrales : la cantatrice chauve, en attendant godot, tartuffe et d'autres œuvre encore.l'impact de brecht est déterminant, mais la distanciation est aussi le propre du meddah ; c'est dans ce carrefour de théâtre que verra le jour une œuvre majeure de kaki : al garrâb wa al sâlhîn ( le porteur d'eau et les marabouts). inspirée d'un conte algérien, elle traduit la maturité de kaki et un regard souverain sur la bonne âme du sé-tchouan de brecht.entre la véhémence du verbe et le règne du meddah loin des défis pratiques de la scène et un théâtre régi par le partage des rôles et les contraintes du temps et de l'espace se cristallise la dramaturgie de kaki. a travers le théâtre, l'auteur a réhabilité un mode de communication ancestral qui rappelle la place publique comme centre d'échange et d'interaction.outre la distraction, ce théâtre est une tribune de contestation.


  • Pas de résumé disponible.