De l'homo-oeconomicus au primate non-humain : Trois études de cas sur les micro-fondations cognitives de l'économie

par Aurelien Nioche

Thèse de doctorat en Sciences cognitives

Sous la direction de Sacha Bourgeois-gironde et de Thomas Boraud.

  • Titre traduit

    De l’homo-œconomicus au primate non-humain : trois études de cas sur les micro-fondations cognitives de l’économie


  • Résumé

    A travers trois études, cette thèse vise à explorer les micro-fondations cognitives de l'économie. Dans une première étude, j'examine le rôle de l'information dans la coordination sur un moyen d'échange unique, c'est-à-dire l'émergence d'une monnaie. En s'appuyant sur les modèles de prospection monétaire (Kiyotaki & Wright, 1989, et Iwai, 1996), l'objectif de cette étude est de remettre en question l'hypothèse selon laquelle une information exhaustive est une condition nécessaire à l'émergence d'une monnaie. Dans une deuxième étude, j'aborde le rôle de l'information dans une situation de concurrence duopolistique. À l'aide d'un modèle à la Hotelling (1929), nous vérifions l'hypothèse selon laquelle la variation de la quantité d'information accessible aux consommateurs influe sur la dynamique du marché. Dans une troisième étude, je m'intéresse à la prise de décision dans le risque chez le macaque rhésus. Prenant appui sur la théorie des perspectives (Kahneman & Tversky, 1989, 1992), l'objectif principal est d'examiner dans quelle mesure les macaques font preuve d'un traitement asymétrique des gains et des pertes similaire à celui des humains.


  • Résumé

    Abcd