Influence des recherches plastiques dans la conception des projets de paysageet les pratiques paysagistes contemporaines : Quelle(s) convergence(s) entrepeinture abstraite et conception paysagiste ?

par Caroline Bigot

Projet de thèse en Paysage

Sous la direction de Sylvie Salles.

Thèses en préparation à CY Cergy Paris Université , dans le cadre de Arts, Humanité, Sciences Sociales , en partenariat avec LAREP - Laboratoire de recherche en projet de paysage - ENSP (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Le projet de paysage donne forme à la transformation de l'espace par le biais d'outils visuels de conception et de représentation. La démarche plastique, enseignée dans les écoles de paysage, participe au processus de conception en amorçant la construction du concept de ce projet. Je propose de comparer la démarche de constitution du projet de paysage à celle de la pratique de la peinture en m'appuyant sur ma propre expérience et en la confrontant à celles des paysagistes contemporains qui font usage d'une pratique picturale ou y font référence comme source d'inspiration ou de répertoire formel. Le paysage comme la peinture suscitent émotion et lecture abstractive, la relation au paysage entraînant l'émotivité de manière comparable à celle provoquée par la peinture. L'apport du terrain, le rapport au site comme motif ou comme objet d'étude et de projet, influencent les deux pratiques. Dans un tel cadre d'essai comparatiste, l'expressionnisme abstrait, qui place précisément le processus et l'action au centre de sa production, offre un courant pictural tout particulièrement intéressant pour l'exploration des éventuels points communs entre peinture et projet de paysage. On peut considérer aussi que dans l'expressionnisme abstrait, le mouvement et la gestuelle engendrent la peinture, alors que le projet de paysage conçoit des espaces pour y accueillir des mobilités, des usages évolutifs et des mutations, et que cette antinomie contribue à les rapprocher. L'expérimentation s'appuiera sur l'élaboration de deux séries contrastées et comparatives de peintures susceptibles d'appuyer l'énoncé méthodologique par la pratique : Rivages et Reliefs. Ces deux sujets portent sur des paysages soumis à des évolutions qui posent des questions actuelles de société. Par ailleurs, ils présentent des caractéristiques de modifications dans des temporalités longues et courtes : évolution du trait de côte et marées… élévation des isothermes montagnards et saisons... Les mouvements et les variations de visions résonnent avec les séries instantanées de collectes sur le terrain et avec les processus d'élaboration gestuelle de ma peinture.

  • Titre traduit

    Influence of visual arts research in the design of landscape projectsand contemporary landscape practices: What convergence (s) betweenabstract painting and landscape design?


  • Résumé

    Landscape design gives shape to space transformation through visual design and representation tools. Visual art approach, taught in landscape architecture schools, participates in design process by starting concept development of this project. I propose to compare landscape design constitution process to painting practice on my own experience and confronting it with those of contemporary landscape architects who use a painting practice or refer to it as inspiration source or formal repertory. Landscape and painting both arouses emotion and abstractive reading, the relationship to the landscape leading to emotivity in a way comparable to that caused by painting. The land contribution, the relation to the site as a motive or as object of study and project, influence the two practices. In such a comparative test, abstract expressionism, which places the process and action in the center of its production, offers a pictorial current particularly interesting for the exploration of possible similarities between painting and landscape project. We can also consider that in abstract expressionism the movement and gesture engender painting, while the landscape project designs spaces for welcome mobilities, evolutionary uses and mutations, and that this antinomy helps to bring them together. The experiment will be based on the development of two contrasting and comparative series of paintings likely to support the methodological statement by practice : Shorelines and Reliefs. Both topics are about landscapes subject to developments that pose current societal issues. Moreover, theire characteristics changes in long and short temporalities : evolution of the coastline and tides ... elevation of isotherms and seasons ... The movements and variations of visions resonate with the land snapshots series collections and the gestural development process of my painting.