Le poème, son Chant et le Zen. Vers un lyrisme sans personne ?

par Adrien Chapel

Projet de thèse en Pratique et théorie de la création artistique

Sous la direction de Chantal Lapeyre.

Thèses en préparation à CY Cergy Paris Université , dans le cadre de Arts, Humanité, Sciences Sociales , en partenariat avec AGORA - Laboratoire de recherche civilisation, identités culturelles, textes et francophonies (laboratoire) depuis le 15-10-2018 .


  • Résumé

    Né à la fois de ma pratique de l'écriture et de mon intérêt pour la théorie littéraire et la pensée extrême-orientale, ce projet de thèse associe Zen et création poétique. Le problème fondamental que me semble poser la poésie n'est pas seulement langagier. À mes yeux la question poétique n'est ni celle d'une langue qui pose réflexivement la question de ses propres possibilités ni celle, par l'usage le plus raffiné ou juste des mots, d'une poétisation de ce qui advient. Bien plus, elle est aussi existentielle. La poésie est un souffle qui se propageant cherche à créer un rapport d'ordre éthique avec le lecteur et avec lui-même. Ainsi elle est non seulement propagation mais incarnation d'une vision du monde, d'une manière de voir autrement. Or le Zen, par son approche méditative de la pensée, son rapport premier au corps et l'accueil de l'instant, le refus de l'individualisme et l'oubli de soi qu'il commande pour atteindre à la plénitude d'un être dépouillé des conditionnements mondains de sa conscience, me paraît un « voir autre » essentiel dont la poésie pourrait s'inspirer et qu'elle pourrait peut-être, dans un nouveau souffle, incarner. Il s'agit donc pour moi d'interroger ce que ces aspects du Zen, à la fois dans la théorie et la pratique, peuvent apporter à la création poétique. Cette dynamique implique une réflexion sur le statut du sujet lyrique et les paradoxes qu'il peut soulever ainsi qu'une démarche expérimentale supposant d'associer à la fois l'exercice de la méditation et un 'faire' en mouvement du texte poétique.

  • Titre traduit

    The poem, its Voice and the Zen. For a lyricism freed from the individual ?


  • Résumé

    This project originates both from my writing experience and my interests in literature and the Eastern philosophy. As such, it associates the Zen and poetic creation. In my opinion the poetry issue does not only lie in the language. It is not a matter of a language that would reflexively ask how it could even exist, neither that of bringing poetry into things by a precise or sophisticated use of words. It is rather an existential issue. Poetry is like an emanation that, while spreading, tries to establish an ethic connection to the readers but especially to itself. Thereby it does not only propagate, it embodies a vision of the world, a way of seeing differently. Now, by its meditative approach, the importance attached to the body and to the way we welcome each instant, by refusing individualism and exemplifying selflessness in order to achieve fulfilment and be utterly divested of all the conditioning of our mind, the Zen philosophy seems to offer a meaningful way of seeing differently, on which poetry could draw or which it could even embody. Therefore my goal is to understand what value those aspects of the Zen spirituality, theoretically and in practice, can add to the creative process of poetry. This position implies to think about the poem's persona and some paradox it may contain as well as an experimental process associating, in a creative poetry writing, a text born through meditation and movement.