Lower and Middle Palaeolithic lithic assemblages from Southern peninsular india : a geometric morphometric and classical approach to large cutting tools

par Madhavi Kunneriath

Projet de thèse en Préhistoire

Thèses en préparation à Paris, Muséum national d'histoire naturelle en cotutelle avec l'Universitat Rovira i Virgili (Tarragone, Espagne) , dans le cadre de Ecole doctorale 227 "Sciences de la nature et de l'homme: évolution et écologie" depuis le 07-03-2018 .

  • Titre traduit

    Assemblages lithiques du Paléolithique inférieur et moyen du sud de la péninsule indienne : approche morphométrie géométrique et classique des grands outils tranchants


  • Résumé

    Le sous-continent indien, à mi-chemin entre l’Afrique et l’Asie du sud-est, est susceptible de contribuer efficacement au débat en cours sur la dispersion des populations humaines et les transitions techno-culturelles. La vallée de la Malaprabha, dans le sud-ouest de la Péninsule indienne, offre une perspective régionale sur la compréhension des processus de transition entre le Paléolithique inférieur et moyen. Trois assemblages, de l’Acheuléen tardif au Paléolithique moyen, y ont été choisis pour étude et comparés à deux autres du sud-est de la Péninsule. Ces assemblages issus de collections de surface ou de fouille sont conservés dans différents musées d’Inde, de France ou du Royaume Uni. Le but de ce travail de doctorat était d’identifier les changements technologiques et typologiques des bifaces et hachereaux (« LCTs ») à la transition entre Paléolithique inférieur et moyen. Un second objectif était de discerner l’influence des matières premières et des supports sur la variabilité des formes. L’association d’une analyse techno-typologique classique avec une approche de morphométrie géométrique (2D et 3D) permet d’obtenir des résultats précis, reproductibles et intégrés. Dans la vallée de la Malaprabha, les bifaces sont toujours plus fréquents que les hachereaux. Ces outils en quartzite local son façonnés sur différents supports parmi lesquels la proportion d’éclats augmente progressivement. La variabilité des formes concerne principalement la périphérie des outils et n’est pas influencée par le type de support. L’éventuelle variabilité résulte des mesures relatives de largeur ou d’épaisseur. Cette étude souligne que les caractères technologiques et morphologiques des LCTs reflètent une continuité régionale, avec des changements graduels entre Paléolithique inférieur et moyen plutôt que l’introduction abrupte de nouveaux comportements techniques. Les artisans paléolithiques dans cette partie de l’Inde péninsulaire étaient capables de réaliser des formes d’outils similaires, indépendamment des types de support, grâce à l’adaptation de leurs stratégies de façonnage, qui traduisaient un modèle mental transmis entre générations, en dehors des progrès techniques régissant les autres productions.


  • Résumé

    The Indian sub-continent, midway between Africa and South-east Asia, offers great potential to contribute to the ongoing debates of hominin dispersals and techno-cultural transitions. The Malaprabha Valley sites, in south-western Peninsular India, provides a regional perspective on the transitional processes between Lower and Middle Palaeolithic. Three assemblages, from local Late Acheulean to Middle Palaeolithic were chosen as the key collections and then compared to two of their south-eastern counterparts. These assemblages, excavated or collected from surface, are housed in various museums in India, France and UK. The aim of this PhD was to trace the technological and typological changes of the Large cutting tools (LCTs: handaxes and cleavers) at the transition from Lower to Middle Palaeolithic. A second objective was to discern raw material and blank effects on the shape variabilities of the LCTs. Combining the classical techno-typological analysis and Geometric Morphometric approach (2D and 3D) allow us to get accurate, reversible holistic results. LCTs in Malaprabha Valley always include more handaxes than cleavers. They are constantly made from local quartzite on various types of blanks with gradual increasing use of the flakes. Their shape variability is mostly located on their periphery and is not influenced by the blank types. Whatever variability occurred it seemed to result from varying relative width and thickness. This study highlights that the technological and morphological traits of the LCTs reflect a regional continuity with gradual changes from the Lower to the Middle Palaeolithic, rather than an abrupt external introduction of new technical behaviors. Irrespective of the diverse blank types, the hominin tool makers in this part of Peninsular India were able to achieve similar tool forms, through adaptive shaping strategies, reflecting a mental template that continued through generations apart from the technical progress identifiable in other products.