"Moi" mis à distance, héritages brechtiens et réinventions de la distanciation dans les oeuvres d’autofiction contemporaines : louis Aragon, Paul Auster, Serge Doubrovsky, Philip Roth

par Emilie Ollivier

Projet de thèse en Litteratures comparéés

Sous la direction de Philippe Forest.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de ALL - Arts, Lettres et Langues (Nantes) depuis le 06-11-2019 .


  • Résumé

    Peut-on envisager l’effet de distanciation comme un outil non figé dans le temps ou propre à une époque, à une forme de théâtre qui relèverait de la théorie littéraire et pourrait être adapté à mesure que la littérature et que la société évoluent ? Comment étudier les implications de cet effet de distanciation renouvelé dans l’analyse de la quête de l’identité au cœur des œuvres autofictionnelles ? La distance doit émerger comme principe fondateur de la dynamique autofictionnelle. Cette étude interrogera le degré de conscience d’utilisation de ses formes multiples ainsi que la pertinence de la connaissance de celui-ci pour proposer une nouvelle définition de la distanciation, non plus Brechtienne mais Autofictionnelle, qui permettrait d’éclairer les processus de construction des œuvres d’écriture du « moi » issues d’un contexte postmoderne enclin à l’interrogation et au soupçon.

  • Titre traduit

    Distance of the self, brechtian legacy and reinvention of the distancing effect in the contemporary autofiction : louis Aragon, Paul Auster, Serge Doubrovsky, Philip Roth


  • Pas de résumé disponible.