Pollution sonore et invasions biologiques : réponses multi-échelles des communautés aquatiques aux stress multiples.

par Emilie Rojas

Projet de thèse en Sciences de la vie et de la sante

Sous la direction de Nicolas Mathevon.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de ED 488 Sciences, Ingénierie, Santé , en partenariat avec Neurosciences Paris Sarclay Institute (equipe de recherche) depuis le 10-09-2019 .


  • Résumé

    Avec l’essor du commerce fluvial et des loisirs nautiques, les écosystèmes aquatiques sont soumis à un nouveau stress environnemental : la pollution sonore. Si les réponses individuelles au stress acoustique commencent à être bien documentées, les conséquences à l’échelle des communautés demeurent inconnues. Par exemple, on ne sait pas si les changements observés dans la mobilité, l’alimentation ou encore da distribution spatiotemporelle des individus se traduisent par une altération du fonctionnement des écosystèmes. L’objectif général du projet est d’utiliser des concepts et approches issus de l’écologie des communautés et de la théorie des réseaux trophiques pour comprendre les conséquences écologiques des sons anthropogéniques sur les communautés aquatiques d’eau douce, où des espèces sans passé évolutif commun sont amenées à coexister. En effet, du fait de leur grande connectivité, les écosystèmes aquatiques sont particulièrement vulnérables aux invasions biologiques, l’une des causes majeures d’érosion de la biodiversité. Intégrer la problématique des espèces invasives est donc important pour comprendre la réponse globale des communautés au stress acoustique. Nous utiliserons une démarche expérimentale multiéchelles allant du microcosme aux mésocosmes ex situ (station biologique) et in situ (lacs alpins). Par exemple, à l’échelle d’un module communautaire à deux espèces, nous testerons l’hypothèse selon laquelle les espèces invasives seraient plus tolérantes au stress acoustique, ce qui renforcerait leur compétitivité face aux espèces natives. A l’échelle de communautés complexes, nous utiliserons le concept de cascade trophique pour détecter les effets indirects du bruit sur le contrôle de la productivité primaire. Ces approches expérimentales seront complétées par du monitoring passif afin de caractériser le paysage sonore de systèmes naturels soumis aux activités humaines.

  • Titre traduit

    Noise pollution and biological invasions : in multi-scale responses of aquatic communities to stress multiple


  • Pas de résumé disponible.