Bases génomiques de la spéciation écologique chez la drosophile : à l'interface entre la neurogénétique et la biologie de l'évolution

par Erina Ferreira

Projet de thèse en Évolution

Sous la direction de Yassin Amir.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Structure et Dynamique des Systèmes Vivants , en partenariat avec Évolution, Génomes, Comportement et Écologie (laboratoire) et de Faculté des sciences d'Orsay (référent) depuis le 01-09-2019 .


  • Résumé

    Comprendre comment les organismes s'adaptent à leur milieu est un défi majeur pour les évolutionnistes. Un exemple intéressant est celui du changement de plante hôte chez les insectes car il requiert l'évolution simultanée de plusieurs traits adaptatifs à partir du même génome. Ces changements peuvent mener à l'évolution de l'isolement reproducteur et de la spéciation. Cependant, les facteurs génétiques et évolutifs sous- jacents restent encore mal connus. La spécialisation de Drosophila sechellia sur les fruits toxiques du nono (Morinda citrifolia) aux Seychelles a longtemps attiré l'attention des biologistes de l'évolution. Nous avons récemment décrit un cas similaire sur l'île de Mayotte avec D. yakuba mayottensis, une sous-espèce de l'espèce généraliste afrotropicale D. yakuba (Yassin et al. 2016 PNAS 113:4771-4776). Chez ces deux espèces afrotropicales, la spécialisation sur le nono dans les îles de l'océan indien a été accompagnée par l'évolution d'un isolement reproducteur, représentant ainsi un cas unique de spéciation écologique parallèle. L'objectif de ce projet est de combiner différentes approches de génomique des populations, d'écologie chimique et de génétique fonctionnelle pour identifier les bases génomiques de cette spécialisation convergente.

  • Titre traduit

    Genomic basis of ecological speciation in Drosophila: at the interface between neurogenetics and evolutionary biology


  • Résumé

    Understanding how organisms adapt to their environment is a major challenge for evolutionary biologists. An interesting example is that of host plant shift in insects because it requires the simultaneous evolution of multiple adaptive traits on the same genome. These shifts could lead to the evolution of reproductive isolation and speciation. However, the underlying evolutionary and genetic factors remain unclear. The specialization of Drosophila sechellia on the toxic fruits of noni (Morinda citrifolia) on the Seychelles has long attracted the attention of evolutionary biologists. We have recently described a similar case on the island of Mayotte in D. yakuba mayottensis, a subspecies of the generalist species D. yakuba (Yassin et al. 2016 PNAS 113:4771-4776). In the two Afrotropical species, specialization on noni on the islands of the Indian Ocean was accompanied by the evolution of reproductive isolation, hence representing a unique case of parallel ecological speciation. This project aims at combining the approaches of population genomics, chemical ecology and functional genetics to identify the genomic basis of this convergent specialization