Décentralisation et bonne gouvernance des Etats : approche comparée France-Côte d'Ivoire (contribution et étude du cas des pays ouest africains)

par Mongomin andree r. Tanoh

Projet de thèse en Droit public

14:30 Lieu envisagé : UPVD

Sous la direction de Didier Baisset.

Thèses en préparation à Perpignan , dans le cadre de Espaces, Temps, Cultures (Perpignan ; École Doctorale) depuis le 15-01-2014 .


  • Résumé

    L'Afrique, à cause de sa faiblesse, de ses faillites à plusieurs niveaux, et de toutes les difficultés qu’elle rencontre pour pourvoir répondre aux critères mondiaux de démocratie, est devenue au fil des années, le lieu de toutes les expérimentations en matière de développement. À partir de la crise socio-politique des années 90, les africains se sont référés aux politiques d’ajustement structurel en tant que moyens de parvenir à cet essor tant espéré. Fortement encouragés par les organisations internationales, ces pays ont adopté la décentralisation comme moyens efficace de bonne gouvernance. Mais, quand bien même elle a été aménagée dans les différentes constitutions, la décentralisation a véritablement débutée il y a une quinzaine d’année dans de nombreux pays africains. Vu comme un moyen d’essor et d’évolution économique, la décentralisation, selon le constat de ces dernières années, ne semble pas avoir les mêmes effets dans les pays du sud encore tribaux et surtout très pauvres et gangrenés par de nombreux maux. Ce modèle d’organisation territorial est juste devenu une condition pour bénéficier de l’aide internationale. Quels sont les causes de l’échec de la décentralisation en Afrique de l’ouest, et de quels moyens disposent ces États pour réussir à faire évoluer les idéaux démocratiques encore enfermés dans des rites et coutumes ancestrales.


  • Résumé

    Africa, because of its weakness, its multilevel bankruptcies, and all the difficulties it encounters to meet the global criteria of democracy, has become over the years,the ideal receptacle for all kinds of experimentation on the question of development And it was only from a crisis of public finances whose most emblematic manifestation was that of the public debt that had already begun a decade earlier that Africans referred to the policies of adjustment. structural. Strongly encouraged by international organizations, these countries have adopted decentralization as effective means of good governance. Despite its development in the various constitutions, decentralization really began only fifteen years ago in many African countries. It could, with good governance, shed light on how the incumbent authorities manage state resources.Viewed as a means of development and economic evolution, the decentralization and the good governance, according to the observation of the last years, does not seem to have the same effects in the southern countries still tribal and especially very poor and sicks because of many evils.This model of territorial organization has just become a condition for receiving international assistance. What are the causes of the failure of decentralization in West Africa, and what means do these states have to succeed in changing the ideals of democracy still locked in ancestral rites and customs?