L'image polémique du personnage moyen-oriental dans les contes et tragédies de Voltaire. Un imaginaire au service de l'idéal philosophique, une figure critiquant le fanatisme et les despotismes politique et religieux

par Naziha Ben Abdeljelil

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Jacques Berchtold.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (....-2015 ; Paris) , en partenariat avec Formes et idées de la Renaissance aux Lumières (Paris) (laboratoire) depuis le 07-05-2008 .


  • Résumé

    Nous considérons comme contes philosophiques les contes orientaux qui amusent le lecteur, par la mise en scène d’un monde fascinant, envoûtant, qui est aménagé de façon à ce que le lecteur y trouve ses repères et l’apprécie par le déploiement de l’esthétique orientale, qui l’attire, mais aussi l’invite et l’incite à des réflexions plus profondes qu’un conte habituel et le contraint peu à peu à s’étonner, à se révolter, bref, à exercer sa faculté critique. Voltaire met en scène un monde despotique construit comme un système complexe où la tyrannie est inscrite dans la législation et où l’arbitraire prend un aspect institutionnel. La figure du roi ou du chef religieux tyrannique et despote, cliché de l’imaginaire oriental, est adoptée dans les contes orientaux et les tragédies de Voltaire pour dénoncer l’intégration de l’injustice dans le gouvernement et l’écart scandaleux entre la légalité et la légitimité éthique du pouvoir. Dans sa tragédie Le fanatisme ou Mahomet le prophète, Voltaire présente une image odieuse du Prophète, une image qui recouvre très précisément celle des légendes médiévales. En effet, l’attitude du philosophe envers Mahomet est souvent paradoxale. En historien, il essaie d’être objectif en traitant le sujet, mais Voltaire représente Mahomet comme un imposteur et un despote. L’Orient tyrannique forme donc un système cohérent, soutenu par la législation et les institutions qui font ressentir au lecteur le poids d’un tel système. Cet Orient devient l'espace privilégié non pas seulement de la réflexion philosophique mais de la mise en pratique de l'esprit des Lumières dans des modèles fictifs formateurs qui exigent de nombreuses opérations de déchiffrement de la part du lecteur. Bien évidemment, Voltaire traite des problèmes et des sujets polémiques de la société́ moyen-orientale comme le despotisme, le fanatisme, l'injustice, car ce sont les sujets qui le préoccupent, et qui sont aussi les dangers réels pour la société́ française de l'époque.

  • Titre traduit

    The controversial image of the Middle Eastern character in Voltaire's tales and tragedies. An imaginary serving the philosophical ideal, a figure critical of fanaticism and religious and political despotisms


  • Résumé

    We consider philosophical tales by Voltaire oriental tales that entertain the reader, for the staging of a fascinating world, captivating, which is arranged so that the reader finds his bearings and appreciate the deployment of the “oriental” aesthetics that attracts, but also invites and encourages deeper thinking than the usual tale and gradually forced to marvel, to revolt, in short, to exercise critical faculty. Voltaire features a despotic world built as a complex system where tyranny is enshrined in legislation and where the arbitrary takes an institutional aspect. The figure of the king or religious leader and tyrannical despot shot of oriental imagination is adopted in oriental tales and tragedies of Voltaire denouncing the integration of injustice in the government and the scandalous gap between legality and ethical legitimacy of power. In his tragedy The Fanaticism or Muhammad the Prophet, Voltaire has a hateful image of the Prophet, an image that covers precisely that of medieval legends. Indeed, the attitude towards the philosopher Muhammad is often paradoxical. As a historian, he tries to be objective in dealing with the subject, but Voltaire represents Muhammad as an impostor and a despot. The “Oriental” tyrannical therefore forms a coherent system, supported by the legislation and institutions that make the reader feel the weight of such a system. This “Orient” becomes the privileged space not just of philosophical reflection but from the practice of the Enlightenment in the trainer’s fictional models that require many decryption operations from the reader. Of course, Voltaire deals with problems and controversial issues of the Middle Eastern society as despotism, fanaticism, injustice, because these are the issues that concern it, and who are also real dangers for the French society of the period.