Les facteurs déterminants de la prise en charge des lombalgies non-spécifiques en thérapies manuelles.

par Gaetan Barbier

Projet de thèse en Sciences du sport et du mouvement humain

Sous la direction de François Cottin et de Arnaud Lardon.


  • Résumé

    Les lombalgies représentent une condition très fréquente dans la population générale, et concerne tous les âges. Elles sont définies comme des douleurs situées entre la 12ème côte et le pli fessier et représentent l'une des principales causes de handicap dans le monde. Malgré leur forte fréquence et l'augmentation de données probantes à ce sujet sur les 20 dernières années, l'étiologie reste encore peu connu et la prise en charge demeure complexe. Il semblerait que la lombalgie soit une condition multifactorielle, incluant des facteurs psychologiques, sociales, génétiques et biophysiques. À ce titre, les lombalgies pourraient être considérées comme une condition chronique comparable à l'asthme ou à la migraine caractérisée par des épisodes répétés de douleur et une diminution ou une absence de symptôme entre ces épisodes. Devant ces connaissances et face à la complexité d'identifier une source de la douleur, des modifications ont été apportées aux principales recommandations nationales de pratique clinique privilégiant maintenant une approche bio-psycho-sociale. L'accent est désormais davantage mis sur l'autogestion via des conseils à destination du patient, les thérapies physiques et psychologiques ainsi que certaines formes de médecine complémentaire, et moins sur les traitements pharmacologiques et chirurgicaux. Un travail important est également mis en place pour tenter d'identifier des sous-groupes de patients atteints de lombalgies en fonction de leur possible réponse aux traitements, permettant ainsi de proposer la thérapeutique la plus adaptée. En résumé, Les approches conservatrices sont efficaces pour un certain nombre de patient mais la prise en charge de la lombalgie reste un défi. Il est donc important i) d'identifier des sous-groupes au sein des patients souffrant de lombalgies et ii) d'identifier des sous-groupes de patients répondant ou non à une prise en charge en thérapie manuelle afin de pouvoir proposer le traitement le plus adapté aux patients. Il semblerait que des facteurs tirés de l'anamnèse et de l'examen clinique puissent prédire la réussite d'un traitement en thérapie manuelle mais le niveau de preuve reste faible et pourrait être compléter par des variables physiologiques. C'est pourquoi nous souhaitons dans un premier temps, effectuer une revue systématique et critique de la littérature qui permettra d'identifier des déterminants de la réponse à une prise en charge par thérapie manuelle dans le cadre des lombalgies non-spécifiques. Puis, nous souhaitons mettre en place une étude de type cohorte afin d'identifier ou de confirmer des facteurs déterminants de la réponse à un traitement en thérapie manuelle dans le cadre des lombalgies, issus de la revue de littérature et d'autres facteurs physiologique ou l'utilisation de variables proxy tels que la présence ou non de douleurs associées à la lombalgie.

  • Titre traduit

    Determining Factors in the Management of Non-Specific Low Back Pain in Manual Therapies.


  • Résumé

    Low back pain is a very common condition in the general population and affects all ages. It is defined as pain between the 12th rib and the gluteal fold and is one of the leading causes of disability worldwide. Despite their high frequency and the increase in evidence on the subject over the last 20 years, the etiology is still poorly understood and management remains complex. It would appear that low back pain is a multifactorial condition, including psychological, social, genetic and biophysical factors. As such, low back pain could be considered a chronic condition comparable to asthma or migraine characterized by repeated episodes of pain and a decrease or absence of symptoms between these episodes. In consideration of this knowledge and the complexity of identifying a source of pain, changes have been made to the main national clinical practice recommendations, which now favour a bio-psycho-social approach. The emphasis is now more on self-management through patient counselling, physical and psychological therapies and some forms of complementary medicine, and less on pharmacological and surgical treatments. Significant work is also being done to try to identify subgroups of low back pain patients according to their possible response to treatment, thus making it possible to propose the most appropriate therapy. In summary, conservative approaches are effective for a certain number of patients but the management of low back pain remains a challenge. It is therefore important i) to identify subgroups within the LBP patient population and ii) to identify subgroups of patients who respond or do not respond to manual therapy in order to propose the most appropriate treatment for patients. It would appear that factors from history and clinical examination can predict the success of manual therapy treatment but the level of evidence remains low and could be complemented by physiological variables. As a first step, we will conduct a systematic and critical review of the literature to identify determinants of response to manual therapy treatment in non-specific low back pain. Then, we will set up a cohort study in order to identify or confirm determinants of the response to manual therapy treatment in low back pain, derived from the literature review and other physiological factors or the use of proxy variables such as the presence or absence of pain associated with low back pain.