Ecologie historique et conservation de la biodiversité des forêts anciennes dans les espaces pro- tégés de montagne : une approche multi-taxonomique

par Sylvain Mollier

Projet de thèse en MBS - Modèles, méthodes et algorithmes en biologie, santé et environnement

Sous la direction de Laurent Berges, Georges Kunstler et de Jean-luc Dupouey.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale ingénierie pour la santé, la cognition, l'environnement , en partenariat avec INRAE - LESSEM Laboratoire EcoSystèmes et Sociétés En Montagne (laboratoire) depuis le 01-10-2019 .


  • Résumé

    Les forêts anciennes subissent une lente érosion malgré un doublement de la surface forestière française depuis 1820 ; elles représentent donc un enjeu au sein des espaces protégés, où elles constituent des milieux patrimoniaux qui pourraient faire l'objet de mesures conservatoires. Néanmoins, les recommandations de gestion pour leur conservation relèvent pour l'instant du principe de précaution ; il est donc essentiel d'acquérir de nouvelles connaissances sur la valeur patrimoniale de ces forêts, afin que les gestionnaires d'espaces protégés puissent convaincre l'ensemble des acteurs du monde forestier (ONF, CRPF, propriétaires, collectivités, CFT, Associations des communes forestières...) de l'utilité de mesures conservatoires. Pour fournir aux gestionnaires des recommandations de gestion pertinentes, ce projet vise (i) à mieux comprendre les legs des anciennes utilisations des terres sur la biodiversité et les sols forestiers actuels et (ii) à clarifier les interactions potentielles entre ces legs et la gestion forestière actuelle, en se basant sur l'utilisation passée des terres fournie par la carte d'état-major (1850). Par une approche multi-taxonomique menée sur plusieurs espaces protégés de montagne, ce travail d'écologie historique poursuit les trois objectifs suivants : (A) déterminer à partir de bases de données existantes si les forêts anciennes présentent pour certains groupes taxonomiques une plus grande richesse en espèces rares, spécialistes et patrimoniales ; (B) identifier par une approche multi- taxonomique (flore, champignons, coléoptères saproxyliques, collemboles) quelles pratiques de gestion (choix d'essences, modalités de régénération, modalités d'exploitation, itinéraire sylvicole) sont défavorables au maintien des espèces de forêts anciennes et (C) préciser par une approche fonctionnelle si le mode d'utilisation passée des terres (forêt, culture ou pâture) a une influence différente sur le sol, les plantes vasculaires du sous-bois et leurs traits de vie.

  • Titre traduit

    Historical ecology and biodiversity conservation of ancient forests in protected mountain areas: a multi-taxon approach


  • Résumé

    Ancient forests are slowly declining despite a doubling of the forest area in France since 1820. Ancient forests are common in protected areas and their patrimonial value could imply specific conservation measures. However, management recommendations for their conservation are just applying precautionary principle. It is thus crucial to provide new knowledge on the heritage value of these forests, so that managers in protected areas can convince all the stakeholders in the forest sector (ONF, CRPF, private owners, communities, CFT, Associations des communes forestières...) to apply appropriate conservation measures. In order to provide managers with relevant management recommendations, our aims are to better understand the legacies of past land use on current forest soil and biodiversity and to clarify the potential interactions between forest management intensity and land use legacies, using historical land use available on ancient maps dating back to 1850. Using a multi-taxon approach carried out on several mountain protected areas, our historical ecology project have three objectives: (A) to determine whether ancient forests hosted a greater abundance or number of rare, specialist and patrimonial species for certain taxonomic groups, using available biodiversity databases; (B) to identify which management practices (tree species, regeneration methods, harvesting practices) are detrimental to the conservation of ancient forest species using a multi-taxon approach (flora, fungi, saproxylic beetles and collembola) and (C) using a functional approach and ancient forests as a reference, to investigate whether formerly pastured and formerly cultivated sites had differential impacts on current forest soil, understory plant composition and plant traits.