Contribution à la psychopathologie de l'exposition aux adversités, au harcèlement et aux réseaux sociaux : une approche développementale des difficultés psychiques à l'adolescence et à l'entrée dans l'âge adulte.

par Mathieu Revranche

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Mathilde Husky.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Laboratoire de psychologie (Bordeaux) (laboratoire) depuis le 26-09-2019 .


  • Résumé

    L'étude de la psychopathologie a longtemps été menée à partir de mesures qui ne rendent pas compte de la trajectoire des dysfonctionnements psychiques. Or, il semble pertinent d'examiner la manière dont des complications psychiatriques évoluent pour mieux en comprendre les répercussions sur la vie des personnes. L'apparition, l'extinction, la récurrence et la persistance de symptômes sont traditionnellement confondues dans une même entité clinique et méthodologique : la présence ou l'absence d'un trouble mental. Il est toutefois essentiel de pouvoir distinguer ces états pour affiner les connaissances dont disposent les experts scientifiques et professionnels de santé mentale au sujet des maladies mentales. La littérature scientifique supporte l'importance d'étudier les complications psychiatriques le plus tôt possible dans le développement des personnes. Se focaliser sur la période de l'enfance et de l'adolescence implique donc d'étudier l'exposition à des événements externes issus notamment du milieu familial et du cadre scolaire. Plus spécifiquement, la présente thèse propose d'examiner la contribution à la psychopathologie de l'exposition aux adversités, au harcèlement et aux réseaux sociaux. Autour d'un premier axe de recherche, nous proposons de suivre une cohorte d'élèves de 5ème, 4ème et 3ème. La stratégie d'échantillonnage est conçue pour constituer un échantillon d'élèves représentatifs des élèves du secondaire fréquentant les écoles de la Gironde. Des données relatives aux parents et aux élèves seront recueillies une fois par an, pendant deux ans. Les variables autorapportées par les parents incluent les caractéristiques sociodémographiques de la famille, les antécédents de maladie chronique ou d'événements traumatiques chez l'adolescent, l'accès des adolescents à Internet et aux réseaux sociaux, la santé mentale des adolescents évaluée par les parents et la sensibilisation des parents au harcèlement. Les variables concernant les élèves incluent la santé mentale autoévaluée, le niveau d'implication dans le (cyber-)harcèlement, l'usage des réseaux et la réussite scolaire rapportée par l'établissement. Tous les participants inclus au début de l'étude seront invités à compléter les évaluations de suivi un an plus tard. En lien avec un deuxième axe de recherche, la présente thèse s'appuiera sur les données recueillies dans le cadre du volet français du World Mental Health International College Student surveys (WMH-ICS, https://www.hcp.med.harvard.edu/wmh/college_student_survey.php). Au sein de deux universités, de 2017 à 2020, il est prévu que tous les étudiants de première année reçoivent un e-mail les invitant à prendre part à l'enquête initiale. Cette enquête inclut des questions sur la santé mentale autoévaluée, l'utilisation de services de santé mentale, les traits de personnalité, les attentes académiques, les caractéristiques sociodémographiques. Pour les participants ayant répondu la première année, un mail d'invitation est envoyé pour prendre part à l'étude de suivi, 12 mois, 24 mois et 36 mois plus tard.

  • Titre traduit

    The contribution to psychopathology of exposure to adversities, bullying victimization and social network sites: a developmental approach to psychological complications in adolescence and young adulthood.


  • Résumé

    The study of psychopathology has long been based on measures that do not account for the trajectory of a given psychological dysfunction. However, it seems relevant to examine how psychiatric complications may change over time in order to better understand their impact on people's well-being. The onset, extinction, recurrence and persistence of symptoms are traditionally aggregated into a single clinical and methodological entity: the presence or absence of a mental disorder. However, the ability to distinguish between these states within any trajectory is essential to improve both the scientific and clinical knowledge available concerning mental illness. Moreover, the scientific literature supports the importance of studying psychiatric complications as early as possible in a person's life. As so, focusing on the period of childhood and adolescence therefore implies studying exposure to external events from the family and school environments. More specifically, this thesis aims to examine the contribution to psychopathology of exposure to adversities, bullying victimization and social network sites. We propose to follow a cohort of 5th, 4th and 3rd grade students. The sampling strategy is designed to provide a representative sample of secondary school students attending schools in Gironde. Parent and student data will be collected once a year for two years. Self-reported variables from the parents include sociodemographic characteristics of the family, adolescent's history of physical illness or prior exposure to traumatic events, adolescent's access to the Internet and social network sites, parental assessment of the adolescent's mental health, and parental awareness of adolescent's bullying experience. Variables concerning students include self-assessed mental health, involvement in (cyber-)bullying, use of social network sites and academic performance reported by the establishment. All participants included at baseline will be asked to complete the follow-up evaluations one year later. The current thesis also aims to use data drawn from an online survey designed to characterize mental health among college students conducted in two universities, as part of the French portion of the World Mental Health International College Student surveys (WMH-ICS, https://www.hcp.med.harvard.edu/wmh/college_student_survey.php). From the 2017-2018 to the 2020-2021 academic years, all incoming freshmen students will receive an e-mail inviting them to take part in the baseline survey. The survey includes questions about sociodemographic characteristics, mental health, use of mental health services, personality factors and academic expectations. Participants who responded at baseline, will be invited to take part in the follow-up study, 12 months, 24 months and 36 months later.