Les déterminants des inégalités de santé en lien avec le VIH en Afrique subsaharienne : analyse multi-pays

par Pearl anne Ante (Ante-testard)

Projet de thèse en Sécurité sanitaire

Sous la direction de Laura Temime et de Kévin Jean.

Thèses en préparation à Paris, CNAM , dans le cadre de École doctorale Sciences des métiers de l'ingénieur (Paris) , en partenariat avec MESuRS - Laboratoire Modélisation, épidémiologie et surveillance des risques pour la sécurité sanitaire (laboratoire) depuis le 01-03-2019 .


  • Résumé

    Ces dernières années ont été marquée par une intensification des programmes de lutte contre le VIH en Afrique subsaharienne, qui a permis une augmentation générale de la couverture des services de prévention et de soins. Cependant, de tels chiffres peuvent masquer des différences entre groupes sociaux. En effet, les résultats préliminaires d'un contrat d'initiation en cours(ANRS12377) suggèrent des inégalités sociales marquées chez les femmes africaines dans l'accès aux méthodes de prévention du VIH. L'objectif général de ce projet doctoral est de mieux comprendre les inégalités de santé en lien avec le VIH qui sévissent en Afrique subsaharienne, de les comparer entre pays, et ce afin d'envisager des moyens pour mieux les combattre. Pour répondre à cette question, je me reposerai sur des données collectées au cours dans larges enquêtes épidémiologiques conduites auprès de plus de 340 000 adultes dans 17 pays d'Afrique subsaharienne, et j'emploierai des méthodes statistiques couramment utilisées dans le domaine de l'épidémiologie sociale. Tout d'abord, je vais étudier comment le statut socio-économique d'une personne, c'est à dire son niveau de richesse ou son niveau d'éducation, influence son risque vis-à-vis du VIH, en testant différentes hypothèses, par exemple : le niveau social d'une personne influence-t-il fortement son niveau de connaissances relatives au VIH, qui lui-même va influencer son recours ou non au dépistage ? Si oui, alors des interventions visant à augmenter ce niveau de connaissance chez les plus défavorisés pourrait être un bon moyen pour réduire les inégalités dans le recours au dépistage. Ensuite, je tâcherai d'identifier les points communs entre les régions marquées par de fortes inégalités sociales de santé. Est-ce que ces points communs sont plutôt d'ordre économique (régions peu développées économiquement), socio-démographiques (régions à faible niveau général d'éducation) ou programmatiques (régions non priorisée dans les programmes nationaux ou internationaux de lutte contre le VIH) ? Enfin, à l'aide de méthodes de statistiques spatiales, j'identifierai les régions dans lesquelles les inégalités de santé en lien avec le VIH sont particulièrement marquées. Ces régions pourront alors être priorisées pour des efforts ou des expérimentations de lutte contre les inégalités en lien avec le VIH. Dans leur ensemble, les résultats de ce projet permettront d'adapter ou de concevoir des stratégies d'intervention qui ne génèrent ni n'aggravent les inégalités sociales.

  • Titre traduit

    The drivers of HIV-related health inequalities in sub-Saharan Africa: a multi-country analysis of population-based surveys


  • Résumé

    Successful scale-up of HIV/AIDS programs in sub-Saharan Africa has increased coverage of HIV prevention and care services in recent years. However, such an overall increase may hide important discrepancies across socio-economic positions. The existence of important social disparities with changing patterns across African countries was revealed in the preliminary results of the ANRS12377 TESLA (Tendances dans l'Épidémiologie SociaLe du VIH en Afrique; in English: Trends in the Social Epidemiology of HIV in Africa) starting grant. The overall objective of this doctoral research is to better understand the HIV-related social inequalities acting at individual and contextual levels and compare them across various sub-Saharan African countries. More specifically, this project aims at: i) identifying contextual factors associated with social inequalities in the access to HIV prevention; ii) identifying geographical hotspots of social inequalities in the access to HIV prevention; and iii) understanding the mediating pathways linking socioeconomic position to HIV at the individual level. To fulfill this objective, I will rely on large-scale standardized population-based epidemiological surveys conducted in at least 16 sub-Saharan African countries. I will mobilize advanced statistical methods currently used in the field of social epidemiology to address each specific objective, that is respectively: i) mediation analysis to explore the role of mediating variables (for instance knowledge on HIV/AIDS transmission) in the causal pathway linking socio-economic position to HIV-risk; ii) meta-regression to assess the association between national or sub-national factors with metrics of health inequalities; and iii) geographically weighted regression models to identify hotspots of social inequalities in the access to HIV prevention. The specific results of this project will be useful in advising and designing intervention strategies that do not generate or worsen social inequalities. Moreover, these will help in identifying specific sub-national areas where these inequalities need urgent intervention.