Organisation trophiques des écosystèmes marins post-crises, que peuvent nous apprendre l'étude des vertébrés fossiles.

par Alexandre Assemat

Projet de thèse en EERGP - Écologie, Evolution, Ressources Génétique, Paléobiologie

Sous la direction de Sylvain Adnet.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau , en partenariat avec ISEM - Institut des Sciences de l'Evolution -Montpellier (laboratoire) et de Paléontologie (equipe de recherche) depuis le 30-09-2019 .


  • Résumé

    La coadaptation entre un prédateur et ses proies est un moteur principal de l'évolution. Largement modélisée en écologie, cette interaction dans le registre fossile est plus rarement mise en évidence (e.g. Kelley et al., 2003 ; Dieti & Flessa 2017 et Tyler & Schneider, 2018 pour la synthèse) et peut pourtant se traduire par des acquisitions morphologiques importantes chez un prédateur en réponse aux changements de son régime alimentaire liés à l'apparition/disparition de ses proies potentielles. Cependant, il reste très difficile pour les Paléontologues et Evolutionnistes de suivre dans le temps long (Millions d'années) ces interactions et leur éventuels restructurations, en particulier autour des grandes crises majeures ayant ponctuées l'histoire de la biodiversité. L'objectif de cette thèse sera d'évaluer le plus finement possible les structurations trophiques des communautés de vertébrés marins (prédateurs de haut niveau trophique) avant et après 2 des 5 grandes crises biologiques anciennes (e.g. Dévonien supérieur, Crétacé/tertiaire) et ce, à partir de différentes approches tant morphologiques (paléo guildes, e.g. Van Valkenburgh 1988) que géochimiques (isotopes 44/42Ca, e.g. Martin et al., 2015, 2017) à partir du registre fossile, essentiellement dentaire.

  • Titre traduit

    Trophic organization of post-crisis marine ecosystems, what can be learned from the fossil vertebrates.


  • Résumé

    Predator-Prey Interaction is a main driver of evolution. Largely modelled in Ecology, this interaction in the fossil record is more rarely demonstrated (eg Kelley et al., 2003; Dieti & Flessa 2017 and Tyler & Schneider, 2018 for review) despite evidences of morphological acquisitions in predator due to shift in diet related to the appearance / disappearance of their preys. However, it remains difficult for Palaeontologists and Evolutionists to clearly follow these interactions and their possible shift/restructuring in ancient times, especially around the five major crises that have punctuated the paleobiodiversity. Main objective of this thesis will be to evaluate the trophic structures of marine vertebrate communities (top predators) before and after two of the five major biological crises (e.g. Upper Devonian, K/T boundary) from the fossil record with different morphological approaches (e.g. ancient guilds, eg Van Valkenburgh 1988) and geochemical proxy (e.g. isotopes 44 / 42Ca, eg Martin et al., 2015, 2017)