L'Égypte et le monde égéen (XVIIe-XIIe s. av. n. è.) : une approche globale et diachronique de leurs interactions.

par Louis Dautais

Projet de thèse en Égyptologie

Sous la direction de Marc Gabolde et de Charlotte Langohr.

Thèses en préparation à Montpellier 3 en cotutelle avec l'Université catholique de Louvain , dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement , en partenariat avec ASM - Archéologie des sociétés méditerranéennes (laboratoire) depuis le 02-09-2019 .


  • Résumé

    Séparés par la « sombre mer » d'Homère (Odyssée, XIX), l'Égypte pharaonique et le monde égéen protohistorique sont en relation depuis le IIIe millénaire av. n. è. A partir du XVIIe s. av. n. è., dans le contexte particulier de l'émergence et du développement des grandes puissances de la Méditerranée orientale, ces relations se font plus fréquentes et directes jusqu'à l'effondrement de ce « système international » au cours du XIIe s. av. n. è. Ce projet de recherches ambitionne de définir et d'expliquer la nature polymorphe des interactions entre Égéens et Égyptiens replacées dans leurs contextes historiques selon une perspective diachronique. Pour ce faire, nous recenserons, analyserons et confronterons les différentes sources textuelles, visuelles et matérielles disponibles. Ces dernières s'inscriront dans une base de données qui pourra non seulement être mise à jour au fur et à mesure des nouvelles découvertes, mais aussi visualisée sous forme de cartes synthétiques via un SIG. Ce projet souhaite aussi s'ouvrir aux grilles de lecture de l'anthropologie sur la question des échanges culturels. Cette approche interdisciplinaire esquissera ainsi une vision bilatérale de l'histoire des relations égéo-égyptiennes sur six siècles. Les idées et les techniques autant que les hommes circulent au sein du bassin méditerranéen, suivant des routes maritimes particulières : sillonnées par les Égéens et les Égyptiens, leur tracé et leur nature exacts devront être discutés. Souhaitant dépasser la seule synthèse des données, nous porterons un nouveau regard – par une enquête globale et diachronique – sur ces interactions polymorphes.

  • Titre traduit

    Egypt and the Aegean world (17th-12th c. BCE): a global and diachronic approach of their interactions.


  • Résumé

    Separated by Homer's 'wine-dark sea' (Odyssey, XIX), Pharaonic Egypt and Aegean Bronze Age have been in contact since the third millennium BCE. From the 17th c. BCE, particularly under the emergence and development of the great powers of the Eastern Mediterranean, these relations would become more frequent and direct until the collapse of the 'International System' during the 12th c. BCE. This PhD research project aims to probe and explain the polymorphic nature of interactions between Aegeans and Egyptians put back in its historical context from a diachronic perspective. To achieve this one proposes to identify, analyze and compare the different textual, visual and material sources available whilst recording those into a database which could be updated whenever new discoveries are made, and could also enable users to visualize data in the form of synthetic maps via a GIS. This project intends to make use of anthropology's reading grids to study the cultural exchanges. This interdisciplinary approach will therefore draw a bilateral vision of Egypto-Aegeans relations over six centuries. Ideas and techniques as much as men flowed across the Mediterranean Sea, following specific maritime routes which were continually sailed by the Aegeans and the Egyptians, their exact path and nature will have to be discussed. Which will go beyond mere data analysis, our global and diachronic study will ultimately bring a fresh perspective to these polymorphic interactions.