Documentation, description et analyse phonologique du parler na (mosuo) de Shekua (Sichuan, Chine).

par Maxime Fily

Projet de thèse en Sciences du langage Spécialité Didactique et Linguistique

Sous la direction de Nathalie Vallée, Alexis Michaud et de Gang Feng.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines , en partenariat avec Grenoble Images parole signal automatique (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    La langue na est la langue sino-tibétaine. Langue tonale, de tradition orale, le na est parlé par 47 000 locuteurs (Michaud, 2017), dans plusieurs comtés à la frontière entre le Nord-Ouest Yunnan et le Sud-Est du Sichuan. La pratique de cette langue varie fortement selon la génération considérée : les locuteurs monolingues sont de plus en plus rares, et se trouvent majoritairement dans les populations nées jusqu'aux années 50-60. Lorsqu'ils sont nés plus tard, les locuteurs sont bilingues, ayant dû, pour beaucoup, émigrer pour travailler. Un phénomène d'attrition de la langue na au contact du mandarin enseigné à l'école se fait sentir chez les plus jeunes générations. C'est dans ce contexte qu'un travail de description est engagé, de façon à documenter finement le na de Shekua (Xian de Ninglang, Yunnan), une variété linguistique proche du na de Lataddi (Xian de Yanyuan, Sichuan). Le travail sur cette variété, entamé par Dobbs & La (2016) et A Hui (2016), nécessite en premier lieu d'être consolidé et approfondi. Ce travail passe donc par la collecte de données du lexique du na de Shekua : l'inventaire phonologique, dont une ébauche est présentée dans A Hui (2016), sera consolidé grâce à une analyse des données existantes obtenues sur une locutrice, et enrichi par une enquête de terrain effectuée avec une autre locutrice. La méthode est analogue entre les deux recueils de données : un lexique EFEO-SOAS-CNRS (Pain et Al, 2019), et une approche tonologique à la lumière des travaux de terrain d'Alexis Michaud (Michaud, 2017). Le travail sur le lexique est essentiel car c'est à travers cela que sera examiné le lien du na de Shekua à la fois avec le na de Lataddi (Dobbs & La, 2016), dont nous faisons l'hypothèse qu'il s'agit essentiellement de la même variété, et le na de Yongning (Michaud, 2017), légèrement différent bien qu'une intercompréhension soit généralement admise (A Hui, 2016). Concernant le système tonal, cette thèse souhaite montrer, à travers une étude de terrain, que le système tonal du na de Shekua est différent de celui de Yongning, bien qu'obéissant aux mêmes grands principes morphotonologiques. À travers un recueil méthodique d'énoncés en na de Shekua, nous tenterons de vérifier l'hypothèse selon laquelle le système tonal du na de Shekua est organisé autour deux hauteurs tonales, et nous étudierons comment s'articulent morphologie syntaxique et réalisations tonales. Les bénéfices escomptés de ce travail se situent au niveau de l'analyse contrastive du système linguistique étudié. Le premier travail sur le lexique permettra de situer le na de Shekua par rapport à d'autres variétés déjà étudiées (Lataddi et Yongning). Ensuite, suivant ce que met en lumière cette thèse au niveau tonal, nous nous interrogerons sur les phénomènes d'émergence et d'évolution des systèmes tonal, à travers une comparaison en synchronie des systèmes de Shekua et Yongning. Enfin, un accès le plus large possible sera donné aux enregistrements réalisés lors de cette thèse par un dépôt sur la base de données Pangloss (Michailovsky et Al, 2014). En effet, avec le développement des techniques d'enregistrement de ces dernières décennies, l'enjeu de la documentation linguistique ne se situe plus tant dans le recueil que dans la conservation, l'organisation, et la mise à disposition des données linguistiques. Car les langues orales constituent un patrimoine qu'il convient de "photographier" en synchronie, de "documenter et décrire", et enfin de partager, à destination de la communauté scientifique, mais aussi et surtout, à destination des femmes et des hommes appartenant à ces communautés linguistiques (Collaborative Fieldwork, Empowering Research. Voir Yamada (2007)).

  • Titre traduit

    Documentation, Description and Phonological Analysis of the Shekua Variety of Na Language (Mosuo Language, Sichuan, China).


  • Résumé

    Tbd