Au-dela de la fracture migratoire au burkina faso : le rôle de la gestion de migration dans les pays d'origine

par Anne sophie westh Olsen

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Antoine Pecoud.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 01-11-2017 .


  • Résumé

    Cette thèse s'ajoute aux recherches menées sur le lien entre migration et développement, en introduisant une analyse de la gestion de la migration des États d'origine et de son lien avec la réduction de la pauvreté et la croissance inclusive. Les initiatives des pays d'origine pour l'égalité d'accès à la migration, ou comment les structures impactent l’agence, ont été largement négligées. La thèse propose revenir sur la "fracture migratoire", qui a été analysée comme une conséquence des restrictions de l'immigration dans le grand nord, en ajoutant i) dimensions régionales, ii) une approche de croissance inclusive et iii) perspectives des États d'origine. La thèse cherche à comprendre comment les pays pauvres à forte émigration tentent de tirer parti de la migration pour favoriser le développement, a travers d'une étude de cas sur le Burkina Faso. Cela implique d’enquêter sur l’élaboration des politiques au fil du temps, et sur les lacunes en matière de discours et d’application, tant au niveau national que régional en Afrique. Si de nombreux éléments constitutifs des politiques visant à faciliter la mobilité intrarégionale sont en place, aucun progrès substantiel n’a été accompli pour leur ratification et mise en oeuvre au cours de la dernière décennie. Lors de l'analyse de "l'échec" des politiques migratoires, il est important de prendre en compte à la fois les ‘capacités’ et ‘aspirations’ des décideurs, en réinscrivant la migration dans le phénomène plus général du changement social. Cette recherche révèle un changement du paysage politique en Afrique, mais qu’il y du chemin à parcourir avant que la migration ne devienne une politique «élevée» dans les États d'origine.

  • Titre traduit

    Beyond the Migration Divide in Burkina Faso : the role of migration management by sending states


  • Résumé

    This thesis adds to the research conducted on the nexus between migration and development, by introducing an analysis of migration management by sending states and its link with poverty reduction and inclusive growth. Sending country initiatives for equal access to migration, or how structures impact agency, have been largely overlooked. The thesis hence revisits the so-called migration divide, which has been analyzed as a consequence of restrictive immigration control in the global north, by adding i) regional dimensions, ii) an inclusive growth approach and iii) a sending state perspective. It seeks to explore how poor high-emigration countries are attempting to leverage migration for development, with a case study on Burkina Faso. This means investigating policy-making throughout time and more particularly policy gaps in discourse and implementation, both at the national and regional level across Africa. While many of the legislative and policy building blocks for facilitating intra-regional mobility in Africa are in place, their ratification and implementation have been limited during the last decade. When analyzing the ‘failure’ of migration policies, it is thus important to consider both the ‘capabilities’ and ‘aspirations’ of policy-makers in sending states, reinscribing migration within the wider phenomena of social change. This research reveals a general change in the policy landscape in Africa in regard to migration and development, however we still have a long way to go before migration becomes ‘high’ politics in sending states.