Le romantisme français et l'antiquité romaine

par Laure Boulerie

Thèse de doctorat en Littératures française et francophone

Sous la direction de Anne-Simone Dufief.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Cultures, Echanges (SCE) (Angers) depuis le 03-10-2007 .


  • Résumé

    L'antiquité romaine a toujours été l'un des thèmes majeurs de la littérature française. Mais comment fut-elle appréhendée par la période romantique ? La perception pédagogique et didactique du monde romain permet de comprendre quelle fut l'éducation reçue par toute une génération d'auteur et les progrès des sciences historiques, notamment de la philologie et de l'archéologie montrent combien l'étude du thème s'avère importante. Au niveau littéraire, Chateaubriand apparait comme le grand précurseur d'une nouvelle manière d'écrire l'antiquité romaine, car il crée dans Les Martyrs de nombreux topoï littéraires qui mettent en place les grandes thématiques reprises par la suite tant dans les récits de voyage, le romanesque ou le théâtre. Ainsi se crée une véritable poétique de l'antiquité qui s'articule autour d'une poétique des ruines qui marque la mélancolie et la splendeur passée et de représentations antiquisantes comme les jeux, les voluptés ou les mœurs décadentes passées à la posterité. La perception politique permet de mettre en lumière la reprise paradoxale du thème par les thuriféraires de la monarchie comme de la république. Le monde romain est le miroir parfait d'une période trouble, marquée par le douloureux héritage de la Révolution française. Ainsi s'opposent une vision sulpicienne de Rome et une tératologie romaine qui marque la naissance de l'idée de nation portée par un thème indissociable de celui de l'antiquité romaine: "nos ancêtres les Gaulois".


  • Pas de résumé disponible.