De la Biennale de Venise aux biennales latino-américaines : une analyse des pratiques conservatrices

par Anita Orzes

Projet de thèse en Histoire de l'art

Sous la direction de Paula Barreiro lÓpez et de Olga Fernández lópez.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Université autonome de Madrid , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (laboratoire) depuis le 14-06-2016 .


  • Résumé

    Ce projet de thèse a pour objectif de proposer une relecture du phénomène biennal, en déconstruisant la lignée modélisée dans et à partir du Nord et de construire une cartographie critique des réseaux, des échanges et des circulations artistiques entre les biennales d'Amérique latine et des Caraïbes (avec un accent particulier sur celles de Sao Paolo et de La Havane) et la Biennale de Venise. Le statut actuel du phénomène biennal continue de correspondre à une perspective eurocentrée, verticale et linéaire, comme le mettent en évidence les approches qui soulignent la relation étroite entre le salon parisien et la Biennale de Venise, définissant Venise comme la mère de toutes les biennales, identifiant La Havane comme une progéniture des biennales des "périphéries" ou mettant en évidence la structure obsolète et hiérarchique des pavillons nationaux de Venise. Dans ce contexte, il nous manque une analyse des relations entre les biennales de La Havane, Sao Paolo et Venise, ainsi qu'une étude critique de l'impact du projet décolonial de la Biennale de La Havane en Amérique latine et aux Caraïbes.

  • Titre traduit

    From the Venice Biennial to Latin American biennials: an analysis of the back and forth in curatorial practices



  • Résumé

    This thesis project aims to carry out a re-reading of the biennial phenomenon, deconstructing the lineage modeled in and from the North and building a critical cartography of networks, exchanges and artistic circulations between biennials in Latin America and the Caribbean (with special emphasis on those of Sao Paulo and Havana) and the Venice Biennial. The current status of the biennial phenomenon continues to correspond to a Eurocentric, vertical and linear perspective, as pointed out by the approaches that emphasize the close relationship between the Parisian salon and the Venice Biennale, define Venice as the mother of all the biennials, identify Havana as a progeny of the biennales of the "peripheries" or highlight the obsolete and hierarchical structure of the national pavilions in Venice. In this context, we lack an analysis of the relations between the Havana, Sao Paulo and Venice biennials, as well as a critical study of the impact of the decolonial project of the Havana Biennial on Latin America and the Caribbean.