Entre les sophistes et Zhuangzi, une philosophie du langage sans esprit de système

par Luolan Wang

Projet de thèse en Philosophie, textes et savoirs

Sous la direction de Philippe Hoffmann et de Yunhua Liu.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres en cotutelle avec Shanghai Normal University , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Laboratoire d'études sur les monothéismes (laboratoire) et de EPHE PARIS (établissement opérateur d'inscription) depuis le 31-08-2018 .


  • Résumé

    Cette étude est axée sur l'instauration d'une comparaison entre les idées linguistiques des sophistes et celle de Zhuangzi. D'une part, nous nous posons la question de savoir s'il existe une autre possibilité de compréhension des sophistes, capable de respecter à la fois la tradition philosophique occidentale et son interprétation dans la perspective d'une philosophie du langage. Cette question cherche à dépasser l'antinomie entre rhétorique et philosophie pour y discerner sans confusion ni séparation un jeu de différences, mais aussi de dépendances et de complémentarités. D'autre part, très peu de chercheurs s'intéressent à situer Zhuangzi dans sa propre époque en comparant synchroniquement ses idées avec celles qui se développaient parallèlement dans l'antiquité grecque. Quant à sa philosophie du langage, au lieu de la lecture des textes originaux, les idées et les conceptions des philosophes contemporains sont souvent mises à contribution pour mieux l'expliciter afin d'assurer aussi une représentation plus occidentale du philosophe chinois. Nous nous intéressons donc, dans cette recherche comparative, à découvrir le lien entre le discours et la vérité dans les philosophies du langage de ces auteurs (grecs et chinois), ainsi qu'à distinguer les différences à la fois de confirmer les ressemblances en respectant chaque culture.

  • Titre traduit

    Between the Sophists and Zhuangzi, a Philosophy of Language without Systematic Spirit


  • Résumé

    This study focuses on establishing a comparison between the linguistic ideas of the Sophists and that of Zhuangzi. On the one hand, we wonder whether there is another possibility of understanding the Sophists, capable of respecting both the Western philosophical tradition and its interpretation from the perspective of a philosophy of language. This question seeks to go beyond the antinomy between rhetoric and philosophy in order to discern without confusion or separation a set of differences, but also of dependencies and complementarities. On the other hand, very few scholars are interested in situating Zhuangzi in his own time by synchronously comparing his ideas with those which developed in parallel in ancient Greece. As for his philosophy of language, instead of reading the original texts, the ideas and conceptions of contemporary philosophers are often called upon to better explain it in order also to ensure a more Western representation of the Chinese philosopher. We are therefore interested, in this comparative research, in discovering the link between discourse and truth in the language philosophies of these authors (Greek and Chinese), as well as in distinguishing the differences at the same time confirming the similarities while respecting every culture.