La mystique face au problème du mal. Le cas de Simone Weil et d'Etty Hillesum dans le moment de la seconde guerre mondiale.

par Pierre Gillouard

Projet de thèse en Philosophie, textes et savoirs

Sous la direction de Vincent Delecroix et de Ghislain Waterlot.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université de Genève , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Groupe sociétés, religions, laïcités (laboratoire) et de École pratique des hautes études (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 31-08-2018 .


  • Résumé

    Il s'agit de comprendre ensemble, sans nier leurs différences, les œuvres de Simone Weil (1909-1943) et d'Etty Hillesum (1914-1943) à partir de l'interaction entre trois caractéristiques communes de leurs pensées : (1) leur caractère “mystique”, déterminé par une lecture de la présence ou de l'absence de Dieu dans le monde et une exigence éthique en rapport avec cette lecture ; (2) leur contexte, celui de la tragédie sans précédent de la seconde guerre mondiale qui est l'horizon problématique de leurs réflexions ; (3) leur traitement rationnel de la question du mal et spécifiquement de la contradiction entre le mal et Dieu. L'objectif sera ainsi d'établir la manière dont la mystique renouvelle le problème philosophique de la théodicée, dans un contexte rendant désormais inacceptable toute “justification” du mal.

  • Titre traduit

    Mysticism in the face of the problem of evil. The case of Simone Weil and Etty Hillesum during the Second World War.


  • Résumé

    The aim is to understand together, without denying their differences, the works of Simone Weil (1909-1943) and Etty Hillesum (1914-1943) based on the interaction between three common features of their thoughts: (1) their "mystical" nature, determined by an interpretation of God's presence or absence in the world and an ethical requirement in relation to this interpretation ; (2) their context : the unprecedented tragedy of the Second World War, which is the problematic horizon of their reflections; (3) their rational treatment of the question of evil and specifically the contradiction between evil and God. Thereby, it will be possible to conceive the way in which mysticism renews the philosophical problem of theodicy, in a context that now makes any "justification" of evil unacceptable.