Finer Than Any Fairy's Robe : poésie, photographie et réenchantement du monde au époques victoriennes et contemporaines

par Alix Cazalet-Boudigues (Boudigues)

Projet de thèse en Langues et linguistiques

Sous la direction de Lawrence Gasquet.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) depuis le 01-12-2018 .


  • Résumé

    L’objet de notre travail sera de mettre en lumière les liens de parenté entre poésie et photographie, deux formes artistiques qu’il est au premier abord aisé d’opposer, autour de la dichotomie objectivité/subjectivité notamment. Or, cette opposition de façade est remise en question par les collaborations entre poètes et photographes. La plus célèbre est sans doute celle d’Alfred Lord Tennyson et de Julia Margaret Cameron, puisque celle-ci illustra plusieurs poèmes du Poète lauréat victorien par ses clichés. Mais il convient d’envisager la relation poésie-photographie autrement que comme un simple rapport d’illustration. En effet, en 2002, dans Thoughts of A Night Sea, Lavinia Greenlaw s’est inspirée des clichés de Garry Fabian Miller pour l’écriture de poèmes présentés en vis-à-vis des photographies dans une œuvre qui est une évidente union des deux médiums. Au-delà de ces rencontres, il existe des liens profonds entre ces deux arts, notamment par leur rapport au temps. L’acte poétique comme l’acte photographique permettent de soustraire un morceau de présent au passage du temps, tout en étant des témoins de ce passage. Cette volonté d’échapper au temps est renforcée par le recours à une esthétique du conte chez des poètes comme Tennyson ou Carol Ann Duffy, et par un intérêt pour le temps cyclique que représentent les saisons dans leurs œuvres ainsi que dans la photographie de Susan Derges. Par ailleurs, il nous appartiendra de montrer que la poésie et certaines formes de photographie sont apparentées par un rapport magique au monde qui permet d’amorcer un processus de réenchantement à des époques désenchantées par les Révolutions industrielle et technologique.


  • Résumé

    The point of this research will be to shed light on the forms of kinship existing between poetry and photography, two art forms which could seem easy to oppose, around the axis objectivity/subjectivity. Nevertheless, this apparent opposition is to be questioned based on the numerous instances of collaborations between poets and photographs. The most famous of these doubtlessly is that of Alfred Lord Tennyson and Julia Margaret Cameron, for she illustrated several poems of the Victorian Poet Laureate with her photographs. Yet, the relation between poetry and photography should not be considered only in terms of illustrations. Indeed, in 2002, Lavinia Greenlaw drew inspiration from photographs by Garry Fabian Miller to write poems later presented alongside the photographs in a book, Thoughts of A Nigth Sea, which represents an unquestionable union of the two mediums. Beyond these encounters, there exist deep connections between these two art forms, particularly in regard of the way they deal with time. Both the photographic and the poetic acts enable their authors save a piece of the present from the passing of time, while remaining as testimonies of this passing. The will to escape time is further testified by the use of the aesthetics of the tale in the works of poets like Tennyson or Carol Ann Duffy and by the interest for the cyclic time of seasons at work in their poems as well as Susan Derges’s photographs. Furthermore, it will be our goal to demonstrate that poetry and some forms of photography are linked through a magical outlook on the world which participates in a reenchanting process in a world disenchanted by the Industrial and Technological Revolutions.