« L'enseignement du Coran et de ses lectures du XIIe au XVIe siècle : le rôle du Ḥirz al-Amānī d'Abū-l-Qāsim al-Šāṭibī (m. 590/1194)».

par Zohra Azgal

Projet de thèse en Histoire, textes, documents

Sous la direction de Nuria De castilla.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études , en partenariat avec Proche-Orient, Caucase : Langues, Archéologie, Cultures (laboratoire) et de EPHE PARIS (établissement opérateur d'inscription) depuis le 31-08-2018 .


  • Résumé

    Les variantes de lecture (qirā'āt) du texte coranique font partie de l'histoire de la transmission du Coran. Dès les premiers siècles de l'Islam, des ouvrages sont composés pour assurer la préservation de ces variantes. À partir du XIe /XIIe siècle, on note l'apparition de programmes d'enseignement méthodique de ces qirā'āt ; leur transmission se fait dès lors systématiquement à travers des manuels que l'on se doit d'apprendre par cœur. Le spécialiste andalou de la discipline, Abū-l-Qāsim al-Šāṭibī (m. 590/1194) est un des principaux protagonistes de ce mouvement grâce à son poème didactique Ḥirz al-amānī qui va connaitre un grand succès dans tout le monde musulman. Il devient le manuel de base de l'enseignement des variantes coraniques jusqu'à nos jours, éliminant de facto les variantes contenues dans les autres traités que la tradition musulmane considère aujourd'hui comme non-canoniques. Nous proposons de démontrer le rôle central que joua ce manuel dans la fixation des lectures coraniques et plus largement de comprendre les mécanismes de transmission régis par ce type de littérature, depuis sa rédaction au XIIe siècle jusqu'au XVIe siècle. Une étude du poème nous permet de mettre en lumière l'ingénieuse méthodologie proposée par al-Šāṭibī pour asseoir la légitimité des « sept lectures » selon les versions qu'il choisit. D'autres raisons de son succès sont explorées à travers une mise en contexte historique et sociologique de sa rédaction ainsi qu'une mise en concurrence avec les autres traités de l'époque. Une analyse codicologique d'un corpus de manuscrits inédits nous permet enfin de mieux comprendre les fonctions de ces manuels et les utilisations qui en étaient faites. Les très nombreuses annotations en marge constituent des informations primordiales sur les manières d'apprendre et d'enseigner, de même que les nombreux certificats d'auditions (samāʿāt) et les licences d'enseigner (iǧāzāt) sont autant de témoignages qui permettent de mieux appréhender les mécanismes de transmission à l'œuvre dans l'enseignement coranique.

  • Titre traduit

    The teaching of the Coran and the Qirā'āt (XII-XVI):


  • Résumé

    C