Mindfulness Decomposed: une approche mécaniste pour comprendre quand Mindfulness améliore le bien-être

par Alessandro Sparacio

Projet de thèse en Psychologie sociale et experimentale

Sous la direction de Hans Ijzerman, Jiga-Boy Gabriela et de Ropovik Ivan.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec Swansea university , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Maison des Sciences de l'Homme - Alpes (laboratoire) depuis le 16-04-2019 .


  • Résumé

    La capacité de contrôler ses émotions est un trait crucial de la psychologie humaine, parce que elle est la pierre angulaire de la réussite scolaire, de la réduction de la toxicomanie et de l'amélioration du bien-être (Tangney et al., 2004). Une voie prometteuse pour améliorer la maîtrise de soi semble se situer dans les interventions basées sur la mindfulness, parce que elles ont été liées plus généralement à de meilleures fonctions exécutives (Teper et al., 2013). Cependant, à ce jour, les explications concernant comment et pourquoi cela fonctionne ont été difficiles à trouver. De plus, au cours des dernières années, l'ensemble du domaine de la psychologie a été critiqué en raison de problèmes de reproductibilité des résultats publiés, exposant de nombreuses données publiées à des biais de publication et à des conclusions exagérées. Le présent projet a trois objectifs. Premièrement, il déterminera quels mécanismes explicatifs de la mindfulness sont fiables et lesquels ne le sont pas. Deuxièmement, il identifiera les prédicteurs les plus puissants de la mindfulness des traits. Et troisièmement, il développera un modèle concernant les mécanismes de mindfulness, à expérimenter et un essai contrôlé randomisé complet. Nous prédisons que la mindfulness (trait ou formé) peut augmenter sa capacité à contrôler ses émotions à long terme (par opposition à court terme, ici et maintenant), mais uniquement si l'on parvient à mieux s'adapter à son environnement social.

  • Titre traduit

    Mindfulness Decomposed: A Mechanistic Approach to understand when mindfulness training improves well-being


  • Résumé

    The ability to control one's emotions is a crucial trait in human psychology because it is the cornerstone of academic success, reduced substance abuse, and greater well-being (Tangney et al., 2004). A promising route to improve self-control seems to lie in mindfulness-based interventions, because they have been linked more generally to improved executive functions (Teper et al., 2013). However, to date, explanations regarding how and why this works have been elusive. Moreover, the last few years the entire field of psychology has come under fire due to challenges to reproducibility of the published findings, making many published data susceptible to publication bias and inflated conclusions. The present project has three goals. First, it will assess which explanatory mechanisms of mindfulness are reliable and which are not. Second, it will identify the most potent predictors of trait mindfulness. And third, it will develop a model regarding mindfulness mechanisms, to be tested in experiments and a comprehensive randomized control trial. We predict that mindfulness (trait or trained) can increase one's ability to control emotions in the long-term (as opposed to short-term, in the here-and-now) but only if one succeeds in becoming more attuned to one's social environment.