Gabrielle Réjane (1856-1920) : actrice, directrice de théâtre et Parisienne à la Belle Époque

par Aude Ginestet

Projet de thèse en Histoire, textes, documents

Sous la direction de Christophe Gauthier.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Centre Jean-Mabillon (Paris) (laboratoire) et de École nationale des chartes (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 20-11-2018 .


  • Résumé

    En 1920, Réjane meurt. Alors que Proust est le premier à se précipiter à son chevet, la presse pleure l'étoile disparue. Quelques cent ans plus tard, quand les six lettres de son nom semblent bien oubliées au regard de celles composant celui de Sarah Bernhardt, la sensation produite par la mort de la comédienne et l'émotion ressentie à Paris, en France, et dans le monde peuvent étonner. Née en 1856, Gabrielle Réjane débute sa carrière en 1875 et incarne pendant 45 ans plus de 100 personnages différents qui, au fil des œuvres créées, dessinent peu à peu une figure particulière : celle de la Parisienne de la Belle Époque. Cette persona de l'actrice finit par se confondre avec sa personne, devenant sa « marque » propre ; c'est sans doute en partie la perte de ce symbole que déplorent, deux ans après la fin de la Première Guerre mondiale, les Parisiens. Le présent travail se propose de rendre corps à la comédienne qui a porté cette image, par la reconstitution de son parcours biographique, l'établissement de sa théâtrographie et l'observation de son rôle de directrice du Théâtre Réjane (1906-1919). L'effort de modernisation de l'art dramatique français qu'elle mène dans ce dernier lieu, déjà amorcé par les évolutions apportées dans son jeu d'actrice, conduit à s'interroger sur la place qu'elle occupe au sein de la modernité théâtrale de l'époque. La reconnaissance de ses pairs tout comme la célébrité acquise auprès du public – notoriété qu'elle entretient elle-même dans les médias – amènent, une fois étudiées, à considérer en dernier lieu la question de la postérité de Réjane, et de son relatif oubli.

  • Titre traduit

    Gabrielle Réjane (1856-1920) : actress, theatre director and "Parisienne" during the Belle Epoque


  • Résumé

    Rejane died in 1920. While Proust arrived first at her bedside, the press started mourning the dead star. A century later, as the six letters of her name seemed long forgotten compared to the name of Sarah Bernhardt, the emotion triggered in Paris (and in France in general) by the actress's death may surprise more than one. Born in 1856, Gabrielle Rejane started her carrier in 1875 and embodied for over 45 years more than a hundred characters that along the way became one : that of the Belle Epoque's Parisian woman. That persona finally blended up with her own personality and became her “brand” ; one could argue that it is that symbol that Paris really mourned two years after the end of the first World War. This study aims at resurrecting the actress through the reconstitution of her biography, of her theatrical work as well as through the analysis of her time as the Theatre Rejane's director. The modernizing work she achieved in that last aspect, a process that she had begun as an actress, leads to the more general question of the part she played in the theatrical modernity of the time. Finally, the acknowledgment of her talent by her peers, just like the public fame she deliberately maintained, urge us to ask ourselves about Rejane's posterity and the reason she gradually faded from memory.