L'Afrique Centrale dans le peuplement du nord-est du Brésil (1580-1640)

par Clotaire Biteghe

Projet de thèse en Etudes lusophone

Sous la direction de Ana Maria Binet.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec AMERIBER-Amérique latine, Pays ibériques (Pessac, Gironde) (equipe de recherche) depuis le 21-11-2018 .


  • Résumé

    Un demi-siècle après l’arrivée de Pedro A. Cabral au Brésil, la monarchie portugaise organise les bases de son implantation sur les terres du pays au « bois rouge ». Poussée par le développement de l’économie sucrière, la région du nord-est va connaître une abondante nécessité en main d’œuvre et susciter ainsi la convoitise des autres nations européennes, surtout celle de la Hollande et de la France. Aux XVI-XVII siècles, la forte présence commerciale et diplomatique du Portugal en Afrique permettra aux commerçants portugais de s’adjuger la quasi exclusivité des droits de vente des esclaves en Amérique : les fameux « asientos » de 1595-1640. Ainsi de nombreux ports africains verront défiler des bateaux en direction du Nouveau Monde. En Afrique Centrale ou Afrique bantoue ce seront essentiellement ceux de Sao Tomé et Luanda. Si le commerce des esclaves fût assez bien régulé, il n’en sera pas de même dans le cas de la gestion quotidienne de ces esclaves. Très vite des nombreux dysfonctionnements vont apparaître. Contrebande, rebellions, insubordinations voire velléités d’autogestion (Quilombagem) vont troubler la vie coloniale. C’est donc les difficultés structurelles et organisationnelles de l’esclavage brésilien dans un contexte fortement marqué par des tensions et rivalités que ce travail prétend analyser.

  • Titre traduit

    Central Africa in the settlement of the North-East of Brazil (1580-1640)


  • Résumé

    Half a century after Pedro A.Cabral arrived in Brazil, the portuguese monarchy settled gradually on the ground of the “red Woods” land. With respect of the flourishing sugarcane industry, there would be an increasing need for manpowering the north-east region of the country, what awakened the particular interest of other countries, especially of Holland and France. In the 16th and 17th centuries, Portugal was a trading and diplomatic power in Africa that enabled portuguese merchants to appropiate the nearly exclusive right to sell slaves in America ; the famous « asiento »from 1595 to 1640. Consequently, there would be lots of ship departures from many african harbours towards the New World. In Central Africa or bantu Africa the main harbours were those in Sao Tomé and Luanda. While the slave trade was proprely managed, the everyday dealing with slaves didn’t work so well. The leading signs for upcoming disturbances : smugglings, insurgenges, insubordinations even attemps to self-government caused troubles in the colonial order. The present essay will analyse the structural and organisational difficulties of the slavery’s management.