Le corps du prince en France et en Chine du XIVe au XVIIe siècle

par Xinyuan Zhang

Projet de thèse en Histoire du droit

Sous la direction de Jean-Louis Harouel et de Frédéric Constant.

Thèses en préparation à Paris 2 , dans le cadre de École doctorale histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (Paris) depuis le 20-11-2018 .


  • Résumé

    L'objet de cette recherche est le corps du souverain. Comme on peut le constater avec l'ouvrage de Ernst Kantorowicz, ce thème qui a déjà été étudié amplement dans l'histoire du droit occidental. À travers la construction du corps politique immortel du monarque, la royauté des pays d'Europe occidentale, afin de se débarrasser progressivement des contraintes du pouvoir pontifical, a consolidé la continuité du pouvoir, tout en matérialisant le pouvoir politique auparavant abstrait. En même temps, il faut savoir que la théorie dont on parle ici a eu un impact important sur les systèmes juridiques et politiques de l'époque et sur la formation ultérieure des États au sens moderne du terme en Occident. Cependant, en Chine, l'étude du concept de la souveraineté dans la Chine ancienne, de la théorie politique, ainsi que des fonctions administratives du point de vue du corps du roi a été largement négligée. L'étude que l'on mène ici s'intéressera à l'époque où a été progressivement établi l'ancien régime français du pouvoir absolu et à la période de la dynastie des Ming, lorsque l'autocratie impériale était à son apogée. Lorsqu'on fait référence au corps du roi lors de l'ancien régime français, on se rend compte que cela dépeint également parfaitement le corps de l'empereur régnant à la même période en Chine sous la dynastie Ming. En prenant le corps du roi comme point de départ, nous procéderons à une comparaison approfondie des idéologies politiques et juridiques des deux civilisations, ainsi que de leurs régimes politiques et juridiques.


  • Pas de résumé disponible.