La médiatisation des viols et des violences sexuelles des années 1990 à aujourd'hui : de la Bosnie à la Syrie, analyse dans la presse et à la télévision françaises

par Jeanne Wetzels

Projet de thèse en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Arnaud Mercier.


  • Résumé

    Depuis une vingtaine d’année, la question des viols et violences sexuelles perpétrés en temps de guerre a progressivement gagné en reconnaissance sur la scène internationale. Cela s’illustre à travers la répression de ces violences par la justice pénale internationale, mais également d’un point de vue plus symbolique comme en témoigne l’obtention du prix Nobel de la Paix 2018 par Denis Mukwege et Nadia Murad pour leur combat contre l’instrumentalisation des violences sexuelles dans les conflits armés. Par les effets destructeurs qu’elles produisent sur un très grand nombre de personnes et, au-delà, sur le tissu des sociétés concernées, ces exactions ont une forte portée humaine et sociale. Largement étudiés par les sciences sociales, ces viols et violences restent néanmoins une question absente des sciences de l'information et de la communication. Pourtant, l'enjeu de la médiatisation est essentiel à cet égard dans la mesure où les médias ont un rôle important à jouer d’information, d’explication, de prise de conscience et de dénonciation, et où la question du traitement médiatique est primordiale dans la manière dont le phénomène est perçu, compris et peut être combattu et solutionné. À travers l’étude de sept cas (la Bosnie, le Rwanda, la République Démocratique du Congo, la persécution des Rohingyas par le régime birman, les exactions de Boko Haram dans l’ouest de l’Afrique, la Libye et la Syrie), l’objectif de cette thèse est donc de saisir à la fois les logiques qui président à la médiatisation des viols et violences sexuelles en période de conflit armé, ainsi que les représentations qui en sont données, mais également de comprendre dans quelle mesure le traitement médiatique met en lumière ces violences sexuelles. Ce travail propose ainsi d’apporter un éclairage sur les mécanismes à l'oeuvre dans le traitement médiatique de ce phénomène, en recourant à une sociologie du journalisme, à une étude de la construction des problèmes publics, à une analyse des processus de mise à l'agenda médiatique, mais également à des entretiens avec des militants d'associations, travailleurs d'ONG, humanitaires et journalistes afin de comprendre comment ces agents utilisent les médias, mais aussi perçoivent et expliquent la médiatisation du phénomène.


  • Pas de résumé disponible.