Le témoignage carcéral au Maghreb post-indépendant (1982 – extrême contemporain) De la trace à l’œuvre.

par Bechir Ghachem

Projet de thèse en Littérature française, francophones et comparée

Sous la direction de Mounira Chatti.

Thèses en préparation à Bordeaux%203 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec TELEM (Pessac, Gironde) (equipe de recherche) depuis le 07-02-2019 .


  • Résumé

    Depuis une vingtaine d’années, on parle de la naissance d’un mouvement testimonial au Maghreb qui prend la prison politique comme référent pour dénoncer l’arbitraire et l’autoritarisme des pouvoirs qui se sont mis en place suite aux indépendances. D’après la majorité des théories littéraires sur le témoignage, ce dernier est présenté comme étant aporique et oscille entre nécessité et impossibilité. Ce travail part de l’hypothèse suivante : dans toute pratique testimoniale portant sur une expérience collective, l’indicible fonctionne paradoxalement comme une moteur créatif d’une expression subjective qui dépasse la simple attestation pour faire advenir une dimension littéraire comprise comme travail sur la littérarité pour transmettre une expérience humaine porteuse de valeurs universelles. Tout en analysant l’étendue et les limites de cette aporie du témoignage, cette thèse tentera de montrer que le témoignage carcéral maghrébin transmet l’expérience par la mobilisation des émotions (du rire et de l’humour jusqu’au tragique et au pathétique), le tout supporté par une écriture de la retenue qui plus que dire, suggère et fait vivre/voir l’expérience de l’incarcération. Ce travail se basera sur un corpus qui jusqu’à présent n’a pas été traité dans sa totalité (les trois pays du Maghreb) par la critique en questionnant également deux absences majeures : celle d’un mouvement collectif en Algérie et la rareté des femmes dans la prise de parole publique sur l’incarcération politique.

  • Titre traduit

    Prison testimony in the post-independent Magheb (1982-extreme contemporary) From the trace to literary work.


  • Résumé

    In the past couple of decades, the Maghreb witnessed a testimonial movement which looks at the political prison in order to denounce the post-independence authoritarian governments. According to most literary theory, testimony is considered an aporia: necessary yet impossible. This thesis shall start from the next hypothesis: in any testimony practice dealing with a collective experience, the unspeakable work paradoxically a a creative motor of a subjective expression that goes beyond mere attestation to bring about literary dimension understood as a work on literarity to transmit a human experience which highlights universal values. Analyzing the full scope and limits of the aporia that is testimony, this thesis shall try to demonstrate that testimonies about imprisonment in the Maghreb convey this experience by the mobilization of emotions ( from humour to tragic and pathetic), all supported by a writing of restraint that more than say, suggest the experience. This work shall be based on a corpus that has not been treated until now in its totality ( the three Maghreb countries) by academic research by also questioning two major absences: that of a collective movement in Algeria and the bsence of women in public speaking on political imprisonment.