Theories du signe et de la signification et theories marxistes dans la pensée linguistique du vingtième siecle. rencontres, enjeux, paradoxes (russie des annees 20-30, france des annees 60-70).

par Maria Bondarenko

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Jean-Jacques Lecercle.

Thèses en préparation à Paris 10 depuis le 01-12-2006 .


  • Résumé

    Le projet de recherche a pour objet les conceptions du vingtième siècle en matière de linguistique, de philosophie du langage et de sémiotique marquées par l'intérêt particulier qu'elles portent à l'intégration des théories marxistes conçues de telle ou telle manière vis-à-vis des problèmes linguistiques et sémiotiques. a cet égard, l'époque des années 20-30 en russie et celle des années 60-70 en france ont pour nous une attraction particulière. l'analyse comparée des points de divergence et de convergence aux niveaux des enjeux, des stratégies et des conjonctures de ces deux époques et traditions scientifiques nationales fait partie de notre étude. parmi d'autres choses, on envisage de considérer les branches linguistiques suivantes : d'une part, les idées linguistiques du cercle volochinov/bakhtine, de n. marr et marristes (v. abaïev), de l. vygotski, etc. et d'autre part l'école sociolinguistique française, l'école linguistique pragmatique de lafont, l'école d'analyse de discours française, etc. du côté théorique, on envisage d'étudier du point de vue épistémologique des modèles sémiotiques repris par ces auteurs, la capacité de ces modèles d'être appliqués aux questions gnoséologiques et philosophiques (particulièrement aux diverses interprétations du marxisme), les enjeux proprement scientifiques et politiques qui prédéterminent le choix de tel ou tel modèle et l'influence réciproque de ce choix sur l'interprétation des principes marxistes.


  • Pas de résumé disponible.