Une étude du processus de dévolution a la lumière de la typologie sociopolitique du royaume-uni.

par Frederique Garnier (Braunstein)

Projet de thèse en Études anglophones

Sous la direction de Cornelius Crowley.

Thèses en préparation à Paris 10 depuis le 01-12-2006 .


  • Résumé

    Entre 1997 et 1999, le royaume-uni a adopté une réforme très importante de ses institutions connue sous le terme de ''dévolution''. celle-ci consiste en un processus de délégation de pouvoirs du gouvernement central vers des assemblées représentatives des territoires du grand londres, d'irlande du nord, d'ecosse et du pays de galles. une telle transformation pousse à s'interroger sur les repercussions de ces réformes sur la stabilité institutionnelle du royaume-uni. ces réformes remettent-elles en cause la stabilité du pays ? sont-elles, au contraire, la preuve du pragmatisme du gouvernement ? l'objectif de ce dernier est-il en effet de maintenir l'équilibre institutionnel du pays ? choisit-il de concéder un certain degré d'indépendance aux populations le réclamant dans le but d'éviter une situation extrême où ceux-ci exigeraient une indépendance totale ? par ailleurs, on peut se demander quels effets sont induits par le degré d'autonomie supplémentaire dévolu. l'identité britannique est une identité plus large que les identités nord-irlandaise, écossaise et galloise. il s'agit d'une identité dans laquelle tous les habitants du royaume-uni doivent pouvoir se reconnaître, ce qui la rend, par nature, très difficile à déterminer. est-ce que ces nouveaux pouvoirs délégués rendent l'<<identité britannique>> encore plus difficile à distinguer ? est-ce qu'au contraire, la réforme a pour effet de rapprocher les institutions des citoyens, renforçant ainsi le sentiment d'appartenance à une même nation ? enfin, il s'agit de savoir si le système sociopolitique du pays pourra conserver sa typologie particulière ? /...


  • Pas de résumé disponible.