Les forces armées éthiopiennes (1974-1991)

par Mesfin Berouk

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Michel Louis Martin.

Thèses en préparation à Toulouse 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences juridiques et politiques (Toulouse) depuis le 06-11-2006 .


  • Résumé

    Cette thèse entend étudier les forces armées de l'ethiopie établies après la révolution de 1974. ces forces armées représentaient la force militaire la plus nombreuse, la mieux equipée, entrainée et dirigée de l'afrique sub-saharienne. en s'appuyant essentielleent sur des docuents parmi lesquels des livres, des contributions à des ouvrages collectifs et des articles de revue, cette thèse examinera les origines de ces forces armées et déterminera leurs caractéristiques institutionnelles, leur fonctionnement, la nature de leur commandement, leurs choix stratégiques et tactiques. elle rectractera en détail et analysera en profondeur les violents et fréquents conflicts ainsi que les défis instituionels et les contraintes politiques auxquels elles ont du faire face. cette thèse aura donc le mérite de toucher un domaine peu connu sur lequel peu de travaux ont été réalisés en français. ce faisant, cette thèse avance l'hypothèse que, malgre les moyens considérables mis à leur disposition, ces forces armées, soumises à un régime autoritaire tres méfiant, n'ont pas pu surmonter trois faiblesses fatales : structurelle (centralisation et politisation extrêmes, lacunes récurrentes en matière de renseignements et forte dependance vis à vis de l'aide militaire extérieure), doctrinale (des choix tactiques et des armements seulement adaptés à des opérations militaires taillées sur un modele de guerre lourde et directe) et humaine (l'inefficacité des décideurs politiques, l'usure du morale des troupes, l'incertitude et l'opposition d'une partie du haut commandement). il sera donc possible d'opiner que ces forces armées, en apparence inébranlables, ont fini par s'effondrer en 1991 à cause de ces trois faiblesses.


  • Pas de résumé disponible.