Eco-poésie contemporaine : les voix engagées de quatre poètes autochtones contre la colonialisation des états-unis

par Stephanie Papa

Projet de thèse en DOCTORAT en LANGUE,CIVILISATION ET LITTERATURE DU MONDE ANGLOPHONE

Sous la direction de Francoise Palleau.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) depuis le 19-10-2018 .


  • Résumé

    La poésie indigène contre le colonialisme des États-Unis est une forme cruciale dans le cadre des textes éco-critiques et post-coloniaux d’aujourd’hui. Au cours des dernières années, il y a eu une émergence éclatante de la poésie indigène en Amérique du Nord et à Hawaï, directement liée à la perte d’habitat, au changement climatique et aux actions néocoloniales qui menacent les territoires. La poésie a servi de mode de résistance, mais aussi de catharsis communautaire. Face au déséquilibre et à la dévastation écologiques que subit l’environnement à échelle mondiale, les poètes autochtones du XXIe siècle adoptent un point de vue éthique, postcolonial et éco-critique, faisant naître une nouvelle écriture poétique engagée. On observe aujourd’hui un véritable changement de paradigme dans l’éco-conscience mondiale, et en réponse à la colonisation de la terre pour des raisons consuméristes qui continuent toujours, les poètes indigènes adoptent de nouvelles formes d’écriture et de supports engagés, permettant une interprétation riche des sphères sociales, politiques et économiques autour de la crise climatique. Que leur approche soit directement activiste ou bien plus discrète, les poètes de cette génération sont en train de créer une nouvelle plateforme d’expression, et avec l’aide des médias sociaux, ils gagnent plus de lectorat. Avec les nouvelles utilisations de la langue anglaise—liées aux récits, cérémonies, croyances, et chants de leur propre héritage natif en langues autochtones—ils utilisent la poésie engagée de langue anglaise pour exprimer l’expérience autochtone face à la détresse écologique, tout en répondant aux blessures historiques, coloniales, liées à la perte de territoire et à l’urbanisation. La poésie, avec ses racines dans le chant et langage parlé, est un moyen indispensable pour les poètes d’aujourd’hui dans leur lutte pour la préservation écologique, en affirmant une mémoire collective, celle de l’héritage et de la responsabilité morale de chacun.


  • Pas de résumé disponible.