Poétique de l'eau : une lecture bachelardienne de l'œuvre de Krzysztof Kamil Baczyński

par Katarzyna Jopa

Projet de thèse en Littératures et civilisations

Sous la direction de Pierre Piotr Bilos.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) , en partenariat avec Institut national des langues et civilisations orientales (Paris) (établissement de préparation) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    La thèse a pour but l’étude de l’imaginaire poétique de Krzysztof Kamil Baczyński. Notre recherche sera appuyée principalement sur les conceptions bachelardiennes relatives à l’imagination de la matière. Selon Bachelard : « L’être voué à l’eau est un être en vertige. Il meurt à chaque minute, sans cesse quelque chose de sa substance s’écroule. […] la peine de l’eau est infinie. » Krzysztof Kamil Baczyński, figure légendaire de la littérature polonaise du XXe siècle, incarnant le destin tragique de la Varsovie résistante puis insurgée (en 1944), par sa vie, son œuvre, semble répondre à cette définition bachelardienne d’un « rêveur de l’eau ». Notre étude visera à déterminer la symbolique de l’élément aquatique et à démontrer sa prédominance dans l’œuvre de Baczyński. La symbolique de l'eau pourrait paraître bien explorée, mais l’analyse de ce thème à travers les poèmes d’un poète ayant vécu et créé à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, reste marginale. Cette thèse portera alors sur l'étude du motif de l’eau dans l’œuvre de Baczyński, dont l’interprétation symbolique est très complexe. Notre thèse aura pour objectif d’élucider cette complexité symbolique qui nous a fait supposer que l’eau, dans un sens esthétique, est un miroir spécifique qui reflète la situation psychologique d’un individu confronté à un traumatisme insurmontable : l’horreur de la guerre. Pour examiner la cosmogonie poétique de Baczyński nous structurerons notre étude autour de six grands thèmes : l’eau et le sacré, l’eau comme « un miroir silencieux », l’eau et l’écoulement du temps, l’eau et l’amour, « l’eau maîtresse du langage » et « les eaux composées ».


  • Pas de résumé disponible.