Étude de l'influence du contexte social sur l'acceptabilité d'une proposition alimentaire

par Armelle Garcia

Projet de thèse en Sciences de la nutrition

Sous la direction de Nicolas Darcel.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé (2015-.... ; Paris) , en partenariat avec PNCA - Physiologie de la Nutrition et du Comportement Alimentaire (laboratoire) et de AgroParisTech (France) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-01-2019 .


  • Résumé

    Une consommation excessive de sucres et de sel entraîne des conséquences néfastes pour la santé humaine. Les stratégies actuelles pour concevoir et privilégier des options plus saines ont des effets limités en raison de leur faible acceptabilité. SHIFT propose une approche multidisciplinaire associant sciences de la vie, sciences sociales et sciences informatiques pour comprendre les déterminants, les mécanismes et les leviers permettant de moduler l'acceptabilité d'une option de repas. Ce projet portera sur des situations alimentaires précises où des marges d'amélioration en ce qui concerne la réduction du sel et du sucre sont possibles, c.-à-d. l'acceptabilité de (i) de l'eau ou des boissons à faible teneur en énergie en remplacement des sodas et (ii) des options à teneur réduite en sucre ou en sel à la fin du repas principal. Des activités de recherche interdisciplinaires seront menées aux échelles de population, de contexte et d'individus afin de décrypter les critères déterminant les aliments acceptables. SHIFT réunit 5 partenaires académiques: le laboratoire de Physiologie de la Nutrition et du Comportement Alimentaire (INRA-AgroParisTech, chef de projet), l'Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (Sorbonne Université, CNRS-INSERM), «Mathématiques et Informatique Appliquées» (INRA-AgroParisTech), le laboratoire «Alimentation et Sciences Sociales» (INRA) et l'École de psychologie de l'Université de Birmingham et un partenaire industriel: Danone Nutricia Research (Global Nutrition Department). Ce projet doctoral comportera deux phases successives: 1- La première phase de ce projet de doctorat consistera à examiner le rôle du contexte micro-sociologique dans le choix de propositions de repas plus sains. Une attention particulière sera accordée à la sélection de boissons et à la sélection de desserts, car ils constituent un important fournisseur de sel et de sucre ajouté dans l'alimentation. Des études seront menées pour déterminer si les personnes sont plus susceptibles de choisir des options plus saines si elles se trouvent dans un contexte dans lequel d'autres personnes choisissent de tels éléments. Nous adopterons une approche à deux volets pour étudier la modélisation de choix alimentaires plus sains. Premièrement, dans un restaurant universitaire, on observera de véritables choix alimentaires pour déterminer si la probabilité que quelqu'un choisisse un dessert «sain» et / ou une boisson à faible teneur en énergie est augmentée lorsque des personnes de son environnement immédiat font des choix similaires. Nous déterminerons ensuite si des effets de modélisation similaires sont observés lorsque les choix sont manipulés dans un environnement de laboratoire contrôlé. La comparaison des effets entre un paradigme de consommation écologique / naturel et une conception expérimentale en laboratoire nous permettra de tirer des conclusions sur la causalité. Notre hypothèse pour cette première phase du projet est que, dans un environnement naturel, les gens font des choix similaires aux autres dans leur contexte social immédiat. Nous prévoyons que, par rapport aux niveaux aléatoires de commande (calculés sur la base des taux de commande de base), la probabilité de choisir un dessert plus sain au lieu d'un dessert de moindre qualité nutritionnelle (par exemple, un gâteau ou une pâtisserie) ou une boisson peu énergivore en remplacement d'un soda sera améliorée. si la personne qui passe la commande précédente choisit le même article. En d'autres termes, il y aura une modélisation des choix de la personne qui fait le choix préalable. 2- Au cours d'une deuxième phase du projet, le candidat testera un moteur de recommandation de substitution d'aliments permettant de générer des échanges d'aliments «contextuellement conscients» sur la base des résultats obtenus en phase 1. Nous supposons que la suggestion de tels changements via un moteur de recommandation la population sera suffisamment acceptable par les individus pour modifier de manière significative les apports en nutriments et améliorer leur qualité nutritionnelle.

  • Titre traduit

    Micro-sociological approaches to reveal the contextual dynamics through which a food proposition can evolve to be more acceptable by individuals


  • Résumé

    Excessive intake of sugars and salt are linked to deleterious consequences on Human health. Current strategies to design and favor healthier options have limited effects due to their poor acceptability. SHIFT proposes a multidisciplinary approach, combining life-, social- and computer-sciences to understand the determinants, mechanisms, and levers to modulate the acceptability of a meal option. This project will address precise alimentary situations where margins of improvement with respect to salt and sugar reduction are possible, ie. acceptability of (i) water or low energy beverages in substitution of sodas and (ii) sweet- or salt-reduced options at the end of main meals. Interdisciplinary research activities will be conducted at the populational, contextual and individual scales to decipher criteria driving the acceptability foods. SHIFT gathers 5 academic partners: The laboratory of “Physiologie de la Nutrition et du Comportement Alimentaire” (INRA-AgroParisTech, project leader), the “Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique” (Sorbonne Université, CNRS-INSERM), the laboratory of “Mathématiques et Informatique Appliquées” (INRA-AgroParisTech), the laboratory of “Alimentation et Sciences Sociales” (INRA) and the School of Psychology of the University of Birmingham and an industrial partner: Danone Nutricia Research (Global Nutrition Department). This doctoral project will be consisting of two successive phases: 1- the first phase of this doctoral project will be to examine the role of the micro-sociological context on the choice of healthier meal propositions. Specific attention will be paid to selections of beverages and selection of desserts as they constitute a major provider of salt and added sugar in the diet. Studies will be conducted to examine whether people are more likely to choose healthier options if they are in a context in which other people are choosing such items. We will adopt a two pronged approach to studying the modeling of healthier eating choices. First, real food choices will be observed in a university restaurant to examine whether the probability of someone choosing a “healthy” dessert and/or low energy beverage is increased when people in their immediate environment make similar choices. We will then establish whether similar modeling effects are observed when choices are manipulated in a controlled laboratory setting. Comparing the effects across an ecological/natural consumption paradigm and a laboratory experimental design will allow us to draw conclusions about causality. Our hypothesis for this first phase of the project is that, in a natural environment, people make similar choices to the people in their immediate social context. We predict that relative to chance levels of ordering (calculated based on baseline order rates), the probability of choosing a healthier dessert instead of one with lesser nutritional quality (e.g. cake or pastry) or low energy drink in substitution of a soda will be enhanced if the person making the prior order choses the same item. In other words there will be modeling of the choices of the person making the prior choice. 2- Within a second phase of the project, the candidate will test a food substitution recommender engine, allowing to generate « context aware » food swaps based on the results obtained in phase 1. We hypothesize that suggesting such changes via a recommender engine in the population will be sufficiently acceptable by individuals to significantly alter the nutrient intakes and improve their nutritional quality.