A chacun sa chanson, une lecture psychanalytique de la chanson française de la moitié du 20ème siècle à nos jours

par Nathalie Truet-Péculier (Truet)

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Yohan Trichet.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Éducation, langages, interactions, cognition, clinique (Nantes) , en partenariat avec Recherches en Psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social (equipe de recherche) depuis le 19-11-2018 .


  • Résumé

    Dans un extrait issu de Introduction à la psychanalyse, Freud explique que le véritable artiste est celui qui « sait d’abord donner à ses rêves éveillés une forme telle qu’ils perdent tout caractère personnel susceptible de rebuter les étrangers, et deviennent une source de jouissance pour les autres »1. La chanson, qui est un texte mis en musique et destiné à être chanté, en est un bel exemple. Comment une chanson peut-elle toucher dans l’intime autant de sujets ? La chanson prend naissance dans l’écriture, mais contrairement à la poésie, la chanson a besoin d’être accompagné d’une mélodie, d’un thème qui signe alors son originalité et sa particularité. La chanson porte ainsi subséquemment un statut et une fonction singulière qui en passe par l’écrit. Il est notable que par son inscription symbolique, la chanson participe de l’imaginaire qui ne cesse jamais de s’écrire. La chanson est intrinsèquement liée à la parole qui est alors mise en rime, romancée, voire métaphorisée. Pour exister, l’auteur a besoin des autres, car que serait la chanson sans adresse ? Mais alors à qui s’adresse cette chanson ? En posant la question d’un rapport entre ce qui vient de l’écrit et de ce qui est parlé, s’en dégage une fonction contemporaine qu’il me semble importante de noter et qui reste une question propre à la psychanalyse, en tant que la chanson d’hier, d’aujourd’hui et de demain, pourtant soumise aux effets de la position du sujet qui l’écrit, la déclame ou la garde pour lui, prend une dimension contemporaine d’un certain lien social.


  • Pas de résumé disponible.