Les perceptions sensorielles dans la littérature viatique à la Renaissance : étude d'une poétique de la contrainte

par Rebecca Legrand

Projet de thèse en Langues et littérature françaises

Sous la direction de Marie-Claire Thomine-Bichard.

Thèses en préparation à Lille 3 en cotutelle avec Le département d'études françaises de l'Université de Toronto (co-directeur de thèse : Grégoire HOLTZ) , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord) depuis le 01-12-2018 .


  • Résumé

    À la Renaissance, la littérature de voyage est au croisement entre l'histoire de la découverte de l'Amérique, l'évolution de la médecine et de l'intérêt porté au corps évoluant dans un environnement inconnu et enfin l’enrichissement de la langue, les récits oscillant entre compte-rendu et création. C'est cette réunion de disciplines que notre travail souhaite mettre en lumière en étudiant les récits de voyage en « Nouvelle-France » de Jacques Cartier (Brief Récit, 1545), André Thevet (Les Singularitez de la France Antarctique, 1557), Nicolas Le Challeux (Discours, 1566), Jean de Léry (Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil, 1580), René de Laudonnière (L’Histoire notable de la Floride, 1586) et Marc Lescarbot, (Histoire de la Nouvelle France, 1609). Le premier objectif du travail est d’établir un lexique des sensations à la Renaissance et d’étudier comment ce dernier est utilisé, dans une perspective poétique, par les auteurs de récits de voyage. Le second est d'examiner et théoriser les tensions à l'œuvre dans la littérature de voyage entre une perception vécue, source de représentations authentiques, et une perception codifiée, artificiellement articulée à la nécessité de fabriquer des merveilles, de l'extraordinaire et de l'altérité. Le troisième, enfin, est de mettre en regard un discours perceptif subjectif et une théorie de la perception comme mode d'accès à la connaissance, autrement dit, d'examiner le lien entre littérature viatique et traités médicaux.

  • Titre traduit

    Sensory Perceptions in Travel Literature in the Renaissance : a Study of a Poetics of Constraint


  • Résumé

    In the XVIth century, the discovery of the New World is accompanied by an increasing richness in linguistic expression, and a better knowledge of the human body. In this thesis, I want to study the uses and the functions of the five senses in French travel narratives in New France (Brazil, Florida, Canada), those of Jacques Cartier, Andre Thevet, Jean de Lery, Rene de Laudonniere, Nicolas LeChalleux, and Marc Lescarbot (from 1545 to 1617). Firstly, I deal with the lexicon of perception comparing dictionaries and determining basic or metaphoric uses of the vocabulary in order to create a glossary as complete as possible of Perceptions in the Renaissance. Why the authors choose one term instead of another? Do really have the choice? Second, I would study how important the five senses are in those texts, how they interfere with the poetics of those stories. When they travel, authors seem to want to inscribe themselves in traditions of travel literature and they have to use specific sentences or words to refer to another famous authors. In this case, could their perceptions really be theirs? Or are such perceptions merely expressed in traditional, conventional literary forms? Lastly I want to undertake a comparative stylistic analysis of a corpus of medical treatises and travel narrations, so as to observe correspondences between these two genres, and explore as to whether they could have possibly influenced each other.