Lieux communs / lieu du commun Imaginaires, pratiques et processus de la fabrique urbaine de communs. Approches comparées.

par Lindsey Wainwright

Projet de thèse en Lettres et arts spécialité littérature générale et comparée

Sous la direction de Isabelle Krzywkowski.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec Louisiana State University - Bâton-Rouge , dans le cadre de Langues, Littératures et Sciences Humaines , en partenariat avec UMR 5316 Litt&Arts (Arts & Pratiques du Texte, de l'Image, de l'Ecran & de la Scène) (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Cette thèse vise à se demander sur quoi repose la capacité des habitants d'un lieu à modifier et à aménager à leur guise leur environnement vécu. En termes spatio-temporels, notre corpus concerne les villes de Londres, Paris, La Nouvelle Orléans et Mexico, et s'intéressera à leurs « lieux communs » (jardins communautaires, squats, friches culturelles, occupations temporaires des places, etc.), en faisant l'hypothèse que ces pratiques aident à penser la ville. Ce choix repose aussi sur un corpus d'œuvres, souvent à la croisée du littéraire et des arts visuels, qui rendent compte et proposent des pratiques alternatives de la ville. C'est à partir de ces ouvrages, et en les confrontant au terrain, que nous nous proposons de réfléchir sur les pratiques alternatives, ou décalées, de la ville et leur expression. Ces perspectives seront abordées à partir de la notion des « communs ». Récurrente dans ces contextes, elle nous est aussi apparue comme le moteur d'interactions intéressantes entre la littérature, les arts et l'urbanisme, et comme l'approche aujourd'hui la plus dynamique pour repenser la ville, puisque la prise en compte de l'espace commun pourrait même donner lieu à des organisations nouvelles ou renouvelées, qui seraient collectives sans pour autant impliquer leur reconnaissance par une structure hiérarchique.

  • Titre traduit

    Common Places / Commoning Places. Imaginaries, Practices and Processes of the Urban Making of the Commons. A Comparative Approach.


  • Résumé

    This project's objective is to posit how and why the inhabitants of a place become empowered to modify and furnish their lived environment at will. In geographical terms, our corpus includes the cities of London, Paris, New Orleans and Mexico. We are particularly interested in their “common places” (community gardens, urban homesteads, cultural wastelands, temporary occupations of public plazas, etc.), and we hypothesize that these practices are helpful in conceiving the city. In the scope of this project, we have chosen to place ourselves at the intersection between literature and urbanism by working to articulate both the city's representations and its practices. Our geographical choice is linked to a corpus of literary works, which often appear at the intersection of literature and visual arts, and which identify and propose alternative ways of living in the city. By using these texts as a solid foundation which can then be compared or contrasted with the real terrain, this project will reflect both on alternative or offbeat ways of living in the city, and on their transmission through art. We plan to examine these perspectives through the lens of the “commons.” Not just a recurring idea in alternative ways of living in the city, the “commons” can also be seen as an interesting motor for interactions between literature, the arts and urbanism. Thinking in terms of the “commons” may be the most dynamic approach for rethinking the city today, and taking common space into consideration may even give way to new or renewed forms of collective organization without necessarily implying their imposition by a hierarchical structure. Keywords : common places / social imaginary / urban studies / comparative literature / community design