Les microARNs circulants comme potentiels biomarqueurs non-invasifs de la réceptivité endométriale et du succès de la tentative

par Chloé Baron

Projet de thèse en Biologie Santé

Sous la direction de Samir Hamamah et de Delphine Haouzi.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Sciences Chimiques et Biologiques pour la Santé (Montpellier ; Ecole Doctorale ; 2015-....) , en partenariat avec EmbryoPluripotency - Développement embryonnaire précoce humain et pluripotence (laboratoire) depuis le 08-10-2018 .


  • Résumé

    L'évaluation de la réceptivité endométriale est une étape cruciale dans les programmes de fécondation in vitro ou d'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes. En utilisant les « technologies Omic », telles que les analyses transcriptomiques et protéomiques, nous avons précédemment identifié une signature moléculaire spécifique de la réceptivité endométriale humaine pendant la fenêtre d'implantation embryonnaire. Nous avons pu valider cette signature chez des femmes fertiles et dans des modèles ex-vivo (i.e., cellules endométriales stromales et épithéliales). Puis, nous avons mis en place un test d'appréciation de la réceptivité endométriale basé sur l'analyse des taux d'expression d'un set de gènes endométriaux sur-exprimés pendant la fenêtre d'implantation. Ce test permet de classifier un endomètre prélevé pendant la fenêtre théorique d'implantation de réceptif, partiellement réceptif ou non réceptif. La détermination du moment idéal pour le transfert d'un embryon congelé avec le Win-Test augmente significativement le taux de succès de grossesse, et ce, quel que soit le stade embryonnaire vitrifié, décongelé et transféré (J3 ou J5/6). D'autre part, l'analyse du profil d'expression des microARNs de biopsie d'endomètre dit réceptif ou non-réceptif, nous a permis d'identifier des microARNs endométriaux associés au statut de la réceptivité endométriale (réceptif versus non réceptif) ainsi qu'au devenir de la tentative (échec d'implantation, fausse couche précoce ou naissance). Nos résultats préliminaires indiquent que certains de ces microARNs peuvent également être détectés dans la circulation sanguine (sérum) par RT-qPCR (données non publiées). L'objectif de ce projet de recherche consiste à confirmer que ces microARNs peuvent être quantifiés dans le sérum d'une grande cohorte de patientes prises en charge dans le cadre d'un transfert personnalisé d'embryon cryopréservé en fonction des recommandations du Win-test. A plus long terme, cette approche devrait nous permettre de mettre en place des tests innovants non-invasifs basés sur la quantification de certains microARNs circulants associés au statut de la réceptivité endométriale et du devenir de la tentative.

  • Titre traduit

    Circulating miRNAs as non invasive biomarkers of endometrial receptivity and IVF outcomes in the bloodstream


  • Résumé

    Evaluation of endometrial receptivity is a crucial step in in vitro fertilization/intracytoplasmic sperm injection (IVF/ICSI) programs. Using “Omic technologies”, such as transcriptomic and proteomic analyses, we previously identified a specific molecular signature of human endometrial receptivity during the embryo implantation window. After validation of this signature in fertile women and in an ex vivo model (i.e., stromal and epithelial endometrium cells), we developed a diagnostic tool called Win-Test to evaluate the expression level of a set of endometrial receptivity-specific genes during the implantation window. Based on their expression, each endometrial biopsy sample can be classified as receptive, partially receptive or non-receptive. The determination with the Win-Test of the adequate time for frozen embryo transfer significantly improves pregnancy rate, whatever the day (D) of embryo vitrification (D3 or D5/6). In addition, analysis of microRNA expression profile of receptive or non-receptive endometrium biopsies allowed us to identify microRNAs that are specifically deregulated in patients with repeated implantation failure (RIF) or early miscarriage. Importantly, our preliminary results indicate that some of these microRNAs can be detected by RT-qPCR also in blood samples (unpublished data). The purpose of this project is to confirm that these microRNAs can be quantified in blood samples from a large cohort of patients undergoing IVF/ICSI. Then, comparison of the microRNA profiles according to the endometrium receptivity/non-receptivity and IVF/ICSI outcomes (RIF, early embryo miscarriage, live birth) should allow the identification of circulating microRNAs that are specifically associated with each of these outcomes. This information will be used to develop a non-invasive diagnostic/prognostic tool to limit the use of invasive endometrial biopsies for the evaluation of endometrial receptivity and to predict IVF outcomes.