Le De Resurrectione de Méthode d'Olympe : édition critique, traduction, commentaire

par Alexey Morozov

Projet de thèse en Etudes grecques

Sous la direction de Olivier Munnich.

Thèses en préparation à Sorbonne université en cotutelle avec l'Université de Fribourg (Suisse) , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée (Ivry-sur-Seine, Val de Marne) (laboratoire) depuis le 19-11-2018 .


  • Résumé

    La question de la résurrection nourrit, dès la naissance du christianisme, de nombreux débats. Elle apparaît déjà dans le discours de Paul aux Athéniens (Actes 17, 16-34), ensuite chez les Apologistes dans leurs débats avec les païens. Enfin, la question prend une acuité particulière dans la polémique de la Grande Église contre les Gnostiques, mais aussi contre Origène. Quant à ce dernier, sa doctrine, exposée dans le Περὶ ἀρχῶν, et selon laquelle après la résurrection l’homme recevra un corps « spirituel » et non pas « charnel », a suscité une réaction immédiate chez d’autres représentants de la Grande Église. Parmi ses adversaires, ayant vécu au IIIe siècle, le seul dont l’œuvre nous demeure attestée est Méthode d’Olympe. Composé en trois livres sous forme de dialogue platonicien, le De Resurrectione ou Aglaphon a été rédigé en grec, mais il ne nous est parvenu dans sa version originale qu’à l’état fragmentaire. En effet, c’est principalement grâce aux citations faites par les auteurs postérieurs et aux florilèges qu’il est possible de restituer presque la moitié du traité. En revanche, les traductions anciennes nous permettent de connaître ce traité dans sa totalité, car le De Resurrectione a été intégralement traduit en slavon. C’est pourquoi, dans ma thèse, je publierai tous les fragments grecs de ce traité, ainsi que sa traduction slavonne en accompagnant ce texte critique d’une traduction française et d’un commentaire.


  • Pas de résumé disponible.