Mimésis du flux : exploration des potentialités narratives des flux de données

par Françoise Beraud (Chambefort)

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Ioan Roxin.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de École doctorale Lettres, Communication, Langues, Arts , en partenariat avec ELLIADD - Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours (laboratoire) .


  • Résumé

    Art du flux, data art, l'art numérique s'approprie les flux de données. Le rapport au réel et au temps qui s'y joue semble propice à la narration, pourtant les œuvres intègrent rarement des récits. Choisissant la voie de la recherche création, cette thèse explore les potentialités narratives des flux de données. Articulant les approches techniques, sémiotiques, sociales et esthétiques, la réflexion se nourrit, outre les sciences de l'information et de la communication, de disciplines variées telles que l'informatique, la philosophie, la sociologie, les sciences cognitives et la narratologie. L'œuvre Lucette, Gare de Clichy a été créée spécifiquement pour répondre à la question de recherche. La structure de l'œuvre a été déclinée en une version écran et une version performance. Elle est étudiée depuis sa création jusqu'à sa réception par le public. L'installation de Jonathan Fletcher Moore Artificial Killing Machine est analysée en parallèle. Dans un premier temps, l'objet de recherche – le récit fondé sur un flux de données en temps réel - est défini et le concept de moulins à données est forgé pour désigner ce type d'œuvres. Quatre hypothèses sont ensuite formulées et vérifiées successivement. Si les moulins à données sont à même de configurer une représentation de type narratif, ils doivent pour cela s'affranchir de la logique de l'action. Le récit de fiction est alors mis en mouvement par le réel. La métaphore qui relie les données du réel à la fiction provoque une oscillation de l'attention du spectateur entre le comparé et le comparant. Cette métaphore-switch possède la capacité de renforcer le sens qu'elle véhicule. Les moulins à données sont ainsi à même de faire ressentir la contingence de la vie telle que l'éprouve une personne vulnérable, ballotée entre temps objectif et temps subjectif.

  • Titre traduit

    Flow mimesis : exploring the narrative potential of data flow


  • Résumé

    Sometimes called stream art or data art, digital art seizes data streams as its raw materials. Choosing a path of creative research, this thesis explores the story-telling potentialities of data streams. Structured around technical, social, semiotic and aesthetic approaches, its thinking draws on various fields of study : information and communication sciences, but also computer sciences, cognitive sciences, philosophy, sociology and narratology. The work Lucette, Gare de Clichy was especially designed to answer the researched question. The conformation of the work allowed for two different versions of it : a screen version and a performance. It is studied in all its stages, from its creation process to the public's response to it. Jonathan Fletcher Moore's installation, Artificial Killing Machine, is also analyzed. First, our object of research - stories made from a real-time data stream - is defined and the concept of data mills is crafted to refer to this type of work. Then four hypothesis are formulated and individually verified. If data mills are to be able to form a narrative representation, they must free themselves from the logic of action. Thus can fiction become powered by reality. The metaphor that links the data originated in reality and the crafted fiction generates in the viewer a shifting of focus between what is compared and what compares. This switching-metaphor has the power to reinforce the meaning it carries. Data mills are therefore able to convey the contingency of life as experienced by a vulnerable individual, tossed back and forth between objective and subjective time.