Perte d'autonomie et environnement age-friendly parmi les personnes âgées en Île-de-France

par Caroline Laborde

Projet de thèse en Santé publique - épidémiologie

Sous la direction de Joel Ankri et de Emmanuelle Cambois.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Santé Publique (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2015-...) , en partenariat avec Vieillissement et maladies chroniques : approches épidémiologiques et de santé publique (laboratoire) et de Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 30-09-2018 .


  • Résumé

    Problématique scientifique générale Face au vieillissement de la population, le recul de la perte d'autonomie est un enjeu de santé publique et de société majeur. Si depuis 2007, la prévalence des incapacités semble diminuer au sein de la population âgée en France (Brunel et Carrère, 2017), le nombre d'années vécues avec certaines dimensions de l'incapacité augmente (Robine et Cambois, 2017). Cette tendance va potentiellement s'accompagner d'une augmentation des besoins en aide humaine (Charpin, 2011) et en soins de santé, notamment en ville (Calvet et Montaut, 2013). Le recul de la perte d'autonomie présente également des enjeux dans la qualité de vie des personnes âgées, dans leur niveau de participation sociale et dans leur capacité à vieillir à domicile. Les personnes âgées sont une ressource pour leurs familles, leurs communautés et pour les économies des lieux dans lesquels elles vivent. Maintenir l'état de santé, la qualité de vie et les capacités fonctionnelles aux âges élevés est donc souhaitable à la fois pour les personnes âgées mais également pour l'ensemble de la société. Il existe des marges de prévention pour éviter la perte d'autonomie et limiter le recours à une aide humaine en dépit de problèmes fonctionnels. Recourir à des aides techniques ou vivre dans un environnement adapté (logement ou environnement physique) peuvent en effet contribuer à compenser la survenue de problèmes fonctionnels. C'est dans ce cadre que depuis plus de dix ans, le développement d'environnements age-friendly ou adaptés au vieillissement est encouragé par les gouvernements et organisations des pays de l'OCDE pour promouvoir le bien-être et la participation sociale des résidents âgés. En 2007, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a introduit le concept de age-friendliness et a lancé le défi aux communes du monde entier de devenir davantage age-friendly (OMS, 2007). En France, plus de 100 communes sont engagées dans la mise en place d'initiatives age-friendly et appartiennent au réseau francophone des villes-amies des aînés. La Loi de 2016 sur l'adaptation de la société au vieillissement soutient cette tendance et stipule que 'la ville et le territoire tout entier doivent s'adapter au vieillissement de la population, pour que l'espace urbain, les services et l'habitat soient accessibles à tous'. Des critères pour des environnements age-friendly ont été déterminés par des organisations comme l'OMS ou encore l'US Environnemental Protection Agency (US EPA Aging Initiative, 2011). Ils incluent notamment la proximité aux services et aménités ; à des quartiers et à des logements sûrs et agréables ; à des ressources de soutien social ; et à des opportunités de s'engager dans des activités (Scharlach & Lehning, 2013). Dans un contexte de politique de maintien à domicile, le développement d'environnements (logement et physique) pouvant favoriser l'autonomie des personnes est suivi avec un intérêt grandissant par les pouvoirs publics de par l'approche globale et positive du vieillissement qu'ils proposent. L'idée que l'environnement pourrait avoir des effets sur le bien-être et la santé des personnes âgées est basée en partie sur la théorie écologique du vieillissement (Lawton et Nahemow, 1973). L'hypothèse de ce modèle écologique est que le niveau de fonctionnement d'un individu est le résultat de ces compétences (physiques, sensorielles, psychologiques et sociales) ; des caractéristiques de son environnement (logement, quartier) ; et de l'interaction entre la personne et son environnement. Cette interaction appelée le modèle personne-environnement ou le modèle p-e, doit être appréhendée comme un processus dynamique: les compétences de l'individu et les caractéristiques de son environnement évoluent tous deux avec le temps. Cette interaction p-e serait d'autant plus forte que le sujet vieillit et que ses compétences diminuent. C'est dans le modèle conceptuel p-e que s'inscrivent la majorité des recherches sur les relations entre santé aux âges élevés et environnement physique et logement. Mais en dépit de l'importance théorique de l'environnement physique sur la perte d'autonomie et notamment sur la mobilité, en dépit de l'engouement des gouvernements et organisations de l'OCDE pour le développement d'environnements age-friendly, les recherches sur les liens entre environnement physique et incapacités sont limitées. En effet, les études en épidémiologie sociale se sont traditionnellement attachées à identifier les déterminants de la santé mesurés à un niveau individuel. Ce n'est que depuis le début des années 90, que des disciplines comme la santé publique ou l'épidémiologie se sont intéressées à considérer l'existence d'effets du contexte sur la santé des individus. Il existe ainsi peu de recherches quantitatives qui proposent une approche globale pour examiner les liens entre caractéristiques des environnements et perte d'autonomie, en tenant compte des caractéristiques individuelles socio-économiques et de santé. De même, il existe peu de travaux analysant les interactions entre les caractéristiques individuelles des personnes et les caractéristiques de leur environnement, notamment sur les effets cumulatifs d'environnement physique et de logement favorables au maintien en activité des personnes. Objectifs scientifiques de la thèse L'objectif principal de la thèse sera de proposer une approche globale pour examiner les liens entre caractéristiques des environnements et perte d'autonomie aux âgées élevés. Pour cela, trois sous-objectifs sont identifiés : 1) construire un score mesurant le niveau age-friendly des environnements, en proposant une approche globale à une échelle géographique très fine, reflétant l'environnement résidentiel des personnes âgées ; observer si il y a des variations de ce score selon les caractéristiques de la population (population âgée, aux conditions socio-économiques défavorisées) ; 2) identifier l'existence d'une interaction entre environnement et logement age-friendly, en tenant compte des caractéristiques socio-économiques et de santé des individus ; 3) tester si les caractéristiques d'un environnement et l'aménagement du logement sont liées à la perte d'autonomie et au recours à l'aide humaine, en tenant compte des caractéristiques socio-économiques et de santé des individus. Travaux projetés - méthodes & moyens 1. Données Perte d'autonomie. Cette thèse s'appuiera sur une analyse secondaire du volet seniors de l'enquête CARE-Ménages. Les enquêtes CARE (Capacités, Aides et Ressources des seniors) ont été réalisées par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) en 2015. Le volet seniors de l'enquête CARE-Ménages interroge 10 643 personnes âgées de 60 ans ou plus dont 1 359 vivant en Île-de-France. Il adopte la CIF (Classification internationale du fonctionnement) mise en place par l'OMS (OMS, 2002) et permet ainsi de considérer la perte d'autonomie comme un processus (limitations fonctionnelles, limitations d'activité, restrictions d'activité) et d'identifier les besoins associés (aides techniques, aménagement du logement, aide humaine). Caractéristiques de l'environnement. Plusieurs organisations comme l'OMS, American association of retired persons (AARP), AdvantAge Initiaitve (AAI) ou U.S. Environnemental Protection Agency (EPA) ont proposé des check-lists et des guides répertoriant les modifications de l'environnement social et physique qui pourraient améliorer la santé des plus âgés, leur bien-être et leur maintien à domicile. Nous choisissons de nous appuyer sur le cadre de l'US EPA qui combine des principes de planification urbaine à des principes de gérontologie et qui organise les caractéristiques age-friendly en trois catégories : le logement et quartier (logement approprié, quartier qui comprend des services et des magasins et qui offre des opportunités d'engagement civil, sécurité du quartier); le transport et mobilité (transports en commun); activités qui favorisent la santé (ie, commerces de bouche et commerces alimentaires, loisirs, espaces verts, aménagement du quartier favorisant la marche, etc.) (US EPA Aging Initiative, 2011). L'Observatoire régional de santé (ORS) Île-de-France a l'opportunité technique de disposer via l'Institut d'aménagement et d'urbanisme Île-de-France (IAU) de données de services et d'équipements disponibles à la maille 200 qui permettront de calculer le nombre de services et d'équipements dont les résidents disposent, à pied, dans un rayon de 400 mètres. Cette distance a été utilisée dans des études précédentes comme une distance de trajet à pied raisonnable pour les personnes âgées (Lehning et al, 2015). Cette méthode de mesure des caractéristiques des environnements est innovante car elle combine une approche globale des caractéristiques des environnements à une mobilisation de données à une échelle géographique très fine, à la maille 200. En effet, la plupart des travaux produisent des mesures à une échelle relativement large, communale le plus souvent (Bliss et al 2012) ou à l'IRIS (Gao et al 2016). Or avec l'âge, la mobilité se réduit et les personnes âgées sont susceptibles de passer une grande partie de leur temps dans leur maison ou dans leur quartier. Enfin, les données du volet seniors de l'enquête CARE-Ménages sont géocodées, ce qui permet de mettre en perspective les réponses des 1 359 personnes âgées résidant en Île-de-France avec des données contextuelles qualifiant leur aire de résidence. Pour ce qui est des données relatives à l'adaptation du logement, elles seront issues du volet seniors de l'enquête CARE-Ménages. 2. Analyses statistiques Pour répondre à l'objectif 1, nous procèderons à une analyse factorielle exploratoire (AFE) de type analyse en composantes principales (ACP) ou analyse des correspondances multiples (ACM). L'AFE est une technique descriptive visant à résumer l'information contenue dans un grand nombre de variables continues (ACP) ou discrètes (ACM) et à faciliter l'interprétation des corrélations existantes entre ces différentes variables. Elle s'avère très utile dès lors que nous n'avons pas d'hypothèses a priori sur les relations entre ces variables, ce qui est notre cas. Un score sera calculé à partir de l'ensemble des axes qui structurent le nuage. L'association entre les conditions socio-démographiques d'un territoire et le score d'environnement age-friendly sera testée par une régression linéaire. Pour répondre aux objectifs 2 et 3, nous mobiliserons les données des 1 359 Franciliens répondant à l'enquête CARE-Ménages qui seront associés au score proposant une mesure des caractéristiques age-friendly de la maille de résidence des 1 359 répondants. Nous procèderons à des analyses univariées et multivariées sous le logiciel STATA. 3. Résultats attendus et perspectives Face au vieillissement de la population, le recul de la perte d'autonomie et le maintien au domicile sont des enjeux majeurs du gouvernement français pour des raisons sociales et économiques. Dans cette thèse, nous souhaitons observer de manière empirique si vivre dans un environnement adapté peut participer au recul de la perte d'autonomie et du recours à l'aide humaine. Nous nous attendons certes à ce que la déclaration de restrictions d'activités soit expliquée par des caractéristiques socio-économiques et de santé individuelles, mais pas seulement. A état fonctionnel équivalent et à niveau socio-économique équivalent, la déclaration de restrictions de type ADL (activités de soins personnels comme se laver, se lever d'un lit, se nourrir, etc.) ou IADL (activités plus complexes comme difficultés à faire ses courses seul, à réaliser les tâches administratives, etc.) et le recours à l'aide humaine doivent être très probablement liées aux caractéristiques de l'environnement de résidence de la personne âgée. Nous nous attendons également à ce qu'il existe un lien entre vivre dans un environnement extérieur adapté et vivre dans un logement adapté. Nous faisons donc l'hypothèse qu'il existe un effet indirect de l'environnement extérieur sur la capacité à réaliser des activités de soins personnels de type ADL (se laver, se nourrir, etc.) par la médiation de l'adaptation du logement. Il sera important de savoir également s'il existe des aides incompressibles, du fait d'un état fonctionnel fortement dégradé (de type se laver). Ces résultats pourraient conforter l'idée selon laquelle un environnement adapté peut favoriser la participation sociale et le niveau d'autonomie des personnes âgées. Calendrier prévisionnel des travaux et des publications (La thèse doit représenter le volume de 3 articles signés en 1ère position par le doctorant, dont au moins 2 doivent être acceptés pour publication au moment de la soutenance) 1ere année de thèse o Octobre 2018 à février 2019: Revue de littérature internationale. o mars 2019 à août 2019 : Etablissement du score d'environnement age-friendly et observation de sa répartition selon les caractéristiques démographiques et sociales des territoires ; rédaction d'un premier article scientifique. 2e année de thèse o Septembre 2019 à février 2020 : Analyse bibliographique, analyse secondaire de l'enquête CARE-SENIORS sur les liens entre utilisation d'aménagement dans le logement et score age-friendly de l'environnement, analyse sur les liens entre aménagement du logement et perte d'autonomie o mars 2020 à août 2020: Finalisation des analyses. Rédaction du 2ème article scientifique 3e année de thèse o Septembre 2020 à février 2021: Analyse bibliographique, analyse secondaire de l'enquête CARE-SENIORS sur les liens entre perte d'autonomie et caractéristiques age-friendly de l'environnement o Mars 2021 à août 2021 : Rédaction 3ème article scientifique et rédaction de la thèse. Références bibliographiques Bliss RL, Katz JN, Wright EA, Losina E (2012). Estimating proximity to care: are straight line and zipcode centroid distances acceptable proxy measures? Med Care. 2012 Jan;50(1):99-106 Brunel M., Carrère A (2017). Incapacités et perte d'autonomie des personnes âgées en France : une évolution favorable entre 2007 et 2014. Premiers résultats de l'enquête Vie quotidienne et santé 2014. Les Dossiers de la Drees, mars 2017, n° 13 : 44 p. Calvet L., & Montaut A. (2013). Dépenses de soins de ville des personnes âgées dépendantes. Dossiers Solidarité Santé, n° 42, Drees, août Charpin J.M., (2011). Rapport du groupe de travail “Perspectives démographiques et financiers de la dépendance”, juin. Cerin E, Nathan A., van Cauwenberg J., Barnett D. W., Barnett A on behalf of the council on environment and physical (CEPA) – Older adults working group. (2017). The neighbourhood physical environment and active travel in older adults: a systematic review and meta-analysis. International journal of behavioral nutrition and physical (2017) 14:15 Gao F., Kihal W, Le Meur N, Souris M, Deguen S (2016). Assessment of the spatial accessibility to health professionals at French census block level. International journal for equity in health 15:125 Lawton M. P., Nahenow L (1973). Ecology and the ageing process. In : Eidorfer C., Lawton M. P., dir. The Psychology of Adult Development and Aging. Washington : American Psychological Association. Lehning A. J., Smith R J., Dunkle R. E. (2015). Do age-friendly characteritics influence the expectation to age in place? A comparison of low-income and higher income Detroit elders. J Appl Gerontol, 34(2):158-180 Organisation mondiale de la santé (2007). Global AgeFriendly Cities: A Guide. Geneva, Switzerland: World Health Organization. Robine J-M., Cambois E. (2017). Estimation de l'espérance de vie sans incapacité en France en 2015 et évolution depuis 2004 : impact de la diminution de l'espérance de vie en 2015. BEH, 16-17, Santé Publique France, juillet. Scharlach, A.E., & Lehning, A.J. (2013). Ageing friendly communities and social inclusion in the United States. Ageing & Society, 33, 110-136 U.S. Environmental Protection Agency Aging Intiative (2011). Buliding healthy communities for active national recognition program.

  • Titre traduit

    Disability and age-friendly environment among the elderly in Île-de-France


  • Résumé

    General scientific problem In view of the aging of the population, the decline in the loss of autonomy is a major public health and social issue. Although since 2007 the prevalence of disability seems to decrease among the elderly population in France (Brunel and Carrère, 2017), the number of years lived with certain dimensions of disability are increasing (Robine and Cambois, 2017). This trend is likely to be accompanied by an increase in the need for human assistance (Charpin, 2011) and health care (Calvet and Montaut, 2013). The decline in the loss of autonomy also presents challenges in the quality of life of the elderly, in their level of social participation and in their ability to age at home. Seniors are a resource for their families, their communities and for the economies of the places where they live. Maintaining health, a good quality of life and functional abilities at older ages is therefore desirable for both the elderly and society at large. There are margins of prevention to prevent loss of autonomy and limit the use of human assistance despite functional problems. Using technical aids or living in a suitable environment (housing or physical environment) can indeed help to compensate for the occurrence of functional problems. It is in this context that for more than a decade, the development of age-friendly or age-friendly environments has been encouraged by governments and organizations in OECD countries to promote the well-being and social participation of the elderly. In 2007, the World Health Organization (WHO) introduced the concept of age-friendliness and challenged communities around the world to become more age-friendly (WHO, 2007). In France, more than 100 municipalities and belong to the French-speaking network of age-friendly cities and are involved in setting up age-friendly initiatives. The Law of 2016 “Adaptation de la société au vieillissement” supports this trend and states that 'the city and the entire territory must adapt to the aging of the population, so that urban space, services and housing be accessible to all '. Criteria for age-friendly environments have been identified by organizations such as WHO or the US Environmental Protection Agency (US EPA Aging Initiative, 2011). They include the proximity to services and amenities; safe and enjoyable neighborhoods and housing; social support resources; and opportunities to engage in activities (Scharlach & Lehning, 2013). In the context of home care policy, the development of environments (housing and physics) that can promote people's autonomy is followed with a growing interest by public authorities in their overall and positive approach to aging. The idea that the environment may have effects on the well-being and health of the elderly is based in part on the ecological theory of aging (Lawton and Nahemow, 1973). The hypothesis of this ecological model is that the level of functioning of an individual is the result of skills (physical, sensory, psychological and social); characteristics of their environment (housing, neighborhood); and the interaction between the person and their environment. This interaction, called the person-environment model or the p-e model, must be understood as a dynamic process: the individual's competences and the characteristics of his environment evolve over time. This interaction p-e would be all the stronger as the subject gets older and their skills diminish. It is in the conceptual model p-e that most of the research on the relationship between high-age health and the physical environment and housing is part of. However, despite the theoretical importance of the physical environment on the loss of autonomy and especially of mobility, despite the enthusiasm of OECD governments and organizations for the development of age-friendly environments, research on the links between the physical environment and disabilities is limited. Indeed, studies in social epidemiology have traditionally focused on identifying determinants of health measured at an individual level. It is only since the early 1990s that disciplines such as public health or epidemiology have been interested in considering the effects of context on the health of individuals. There is thus little quantitative research that proposes a comprehensive approach to examine the links between environmental characteristics and loss of autonomy, taking into account individual socio-economic and health characteristics. Similarly, there is little work analyzing the interactions between individuals' individual characteristics and the characteristics of their environment, including the cumulative effects of a physical environment and housing that are conducive to people staying in business. Scientific objectives of the thesis The main objective of the thesis is to propose a global approach examines the links between characteristics of environments and loss of autonomy to older adults. For this, three sub-objectives are identified: 1) to construct a score measuring the age-friendly level of environments, proposing a global approach on a reduced geographical scale, reflecting the residential environment of the elderly; observe if there are variations in this score according to the characteristics of the population (elderly population, socio-economic disadvantages); 2) to identify the existence of an interaction between environment and age-friendly housing, taking into account the socio-economic and health characteristics of individuals; 3) to test whether the characteristics of an environment and housing development are related to the loss of autonomy and the use of human assistance, taking into account the socio-economic and health characteristics of individuals. Projected works - methods & means 1. data Disability. This thesis will be based on a secondary analysis of the senior component of the CARE-Household survey. The CARE surveys (Capacities, Aids and Resources for Seniors) were conducted by the Directorate of Research, Studies, Evaluation and Statistics (DREES) in 2015. The seniors component of the CARE-Household survey questions 10,643 people aged 60 or over, including 1,359 living in Île-de-France. It adopted the ICF (International Classification of Functioning) set up by the WHO (WHO, 2002) and thus makes it possible to consider the loss of autonomy as a process (functional limitations, activity limitations, activity restrictions) and to identify the associated needs (technical aids, housing development, human help). Characteristics of the environment. Several organizations such as the WHO, the American Association of Retarded Persons (AARP), AdvantAge Initiaitve (AAI) or the US Environmental Protection Agency (EPA) have proposed checklists and guides listing changes in the social and physical environment that could improve the health of the elderly, their well-being and their home support. We build on the US EPA framework that combines principles of urban planning with gerontological principles and organizes age-friendly characteristics into three categories: housing and neighborhood (appropriate housing, neighborhood that includes services). and stores and which offers opportunities for civic engagement, neighborhood safety); transport and mobility (public transport); activities that promote health (ie, food and beverage outlets, recreation, green spaces, walk-up development, etc.) (US EPA Aging Initiative, 2011). The Île-de-France Regional Health Observatory (ORS) has the technical opportunity to obtain, through the Ile-de-France Institute for Urban Planning and Development (IAU), data on services and equipment available at 200 mesh that will calculate the number of services and amenities that residents have on foot, within a radius of 400 meters. This distance has been used in previous studies as a reasonable walking distance for the elderly (Lehning et al, 2015). This method of measuring the characteristics of environments is innovative because it combines a global approach of the characteristics of the environments to a mobilization of data on a very fine geographical scale, with the mesh 200. Indeed, most of the work produces measurements on a scale relatively broad, communal most often (Bliss et al 2012) or IRIS (Gao et al 2016). But with age, mobility shrinks and older people are likely to spend a lot of their time in their homes or neighborhoods. Lastly, the data from the senior component of the CARE-Households survey are geocoded, which makes it possible to put into perspective the responses of the 1,359 elderly people residing in Île-de-France with contextual data describing their area of residence. Regarding data on housing adaptation, they will come from the senior component of the CARE-Household survey. 2. Statistical analyzes To meet Objective 1, we will conduct an exploratory factor analysis (AFE) of principal component analysis (PCA) or multiple correspondence analysis (MCA) analysis. AFE is a descriptive technique that summarizes the information contained in a large number of continuous (ACP) or discrete (ACM) variables and facilitates the interpretation of existing correlations between these variables. It is very useful since we have no prior assumptions about the relationships between these variables, which is our case. A score will be calculated from all the axes that structure the cloud. The association between the socio-demographic conditions of a territory and the age-friendly environment score will be tested by a linear regression. To meet Objectives 2 and 3, we will mobilize the data of the 1,359 Franciliens answering the CARE-Ménages survey, which will be associated with the score proposing a measure of the age-friendly characteristics of the 1,359 respondents. We will perform univariate and multivariate analyzes under the STATA software. 3. Expected results and prospects Faced with the aging of the population, the decline in the loss of autonomy and home care are major social and economic issues for the French government. In this thesis, we wish to observe empirically whether living in a suitable environment can participate in the decline of loss of autonomy and recourse to human help. We expect the declaration of activity restrictions to be explained by individual socio-economic and health characteristics, but not only. At equivalent functional status and equivalent socio-economic level, the declaration of ADL-type restrictions (personal care activities such as washing, getting up from a bed, feeding, etc.) or IADL (more complex activities such as difficulties in shopping alone, performing administrative tasks, etc.) and the use of human assistance should most likely be related to the characteristics of the senior's home environment. We also expect a connection between living in a suitable outdoor environment and living in suitable housing. We therefore make the assumption that there is an indirect effect of the external environment on the ability to perform ADL-like personal care activities (washing, feeding, etc.) through the mediation of housing adaptation. . It will be important to know also if there are incompressible aids, because of a strongly degraded functional state (of type to wash). These results could support the idea that an adapted environment can promote social participation and the level of autonomy of older people. Provisional timetable of works and publications (The thesis must represent the volume of 3 articles signed in 1st position by the doctoral student, of which at least 2 must be accepted for publication at the time of the defense) 1st year of thesis o October 2018 to February 2019: International Literature Review. o March 2019 to August 2019: To construct the age-friendly environment score and observe its distribution according to the demographic and social characteristics of the territories; to write a first scientific article. 2nd year of thesis o September 2019 to February 2020: Literature review, secondary analysis of the CARE-SENIORS survey on the links between use of development in housing and age-friendly score of the environment, analysis on the links between housing development and disability o March 2020 to August 2020: To finalize the analyzes. To write the 2nd scientific article 3rd year of thesis o September 2020 to February 2021: Literature review, secondary analysis of the CARE-SENIORS survey on the links between disability and age-friendly characteristics of the environment o March 2021 to August 2021: To write 3rd scientific article and to write of the thesis.