Caractérisation de quelques populations Algériennes de fève (Vicia faba L.) et leurs symbiotes.

par Dahmane Hadou El Hadj

Projet de thèse en Sciences agronomiques

Sous la direction de Pascal Ratet.

Thèses en préparation à Paris Saclay en cotutelle avec l'Université Paris Saclay , dans le cadre de Sciences du Végétal : du gène à l'écosystème , en partenariat avec Institut de Sciences des Plantes de Paris-Saclay (laboratoire) et de Université Paris-Sud (établissement de préparation de la thèse) depuis le 23-10-2018 .


  • Résumé

    Les légumineuses alimentaires constituent une composante essentielle pour la nutrition humaine et animale ainsi que pour le maintien de la fertilité des systèmes de production dans les zones arides et semi arides. Elles représentent une famille d'une grande importance économique et occupent le second rang après les céréales comme culture alimentaire dans le monde (Rochester et al., 2001). Leur intérêt réside dans leur richesse en protéines de qualité, et constituent en association avec les céréales, la base de l'alimentation de milliards de personnes et une source importante de fourrage et de produits naturels (Werner et Newton, 2005). Les légumineuses alimentaires sont cultivées sur l'ensemble des zones agro-écologiques d'Algérie. En effet, de la zone littorale jusqu'aux hauts-plateaux, on peut trouver l'ensemble des espèces telles que le pois chiche, le pois, le haricot, la lentille, l'arachide ainsi que la féverole et la fève. Cette dernière est parmi les légumineuses alimentaires les plus cultivées pour l'alimentation humaine. Elle peut être placée aussi en tête de rotation dans le nord, notamment dans la région de Skikda, Guelma, Boumerdes, Bouira, Bajaia, Tizi Ouzou, Chlef, Ain Temouchent, Tlemcen Sidi Bel Abbes et le sud (Biskra) où elle est traditionnellement cultivée à l'échelle familiale par les petits agriculteurs. Par ailleurs, la fève, est capable de fixer l'azote atmosphérique lorsqu'elle est en symbiose (sous forme de nodosités racinaires) avec des rhizobia. Cette propriété est fréquemment optimisée, de façon peu coûteuse et non polluante, en inoculant la plante, au moment du semis, avec un inoculum de rhizobia sélectionné pour son efficience.

  • Titre traduit

    Characterization of some Algerian Faba bean populations (Vicia faba L.) and their symbiotes.


  • Résumé

    Food legumes are an essential component for human and animal nutrition as well as for maintaining the fertility of production systems in arid and semi-arid zones. They represent a family of great economic importance and rank second after cereals as a food crop in the world (Rochester et al., 2001). Their value lies in their high quality protein content, and in combination with cereals, they are the staple food for billions of people and a major source of fodder and natural products (Werner and Newton, 2005). Food legumes are grown in all agro-ecological zones of Algeria. In fact, from the littoral zone to the highlands, one can find all species such as chickpea, pea, beans, lentils, peanuts, faba beans and beans. The latter is among the most widely grown food legumes for human consumption. It can also be placed at the head of rotation in the north, especially in the region of Skikda, Guelma, Boumerdes, Bouira, Bajaia, Tizi Ouzou, Chlef, Ain Temouchent, Tlemcen Sidi Bel Abbes and the south (Biskra) where it is traditionally grown on a family scale by small farmers. In addition, the bean is able to fix atmospheric nitrogen when it is in symbiosis (in the form of root knots) with rhizobia. This property is frequently optimized, inexpensively and non-polluting, by inoculating the plant, at the time of sowing, with a rhizobia inoculum selected for its efficiency.